The Guest – le nouveau film de Janos Tedeschi

A l’occasion de la Journée mondiale du sida, le 1er décembre 2023, j’ai présenté un court-métrage documentaire sur mon histoire avec le VIH au Positive Life Festival de Lausanne. Le festival, fondé par David Jackson-Perry, membre du conseil d’administration du Conseil Positif, avait pour objectif de créer de nouvelles images autour de la vie avec le VIH dans le présent. Je ne peux pas répondre de manière concluante à la question de savoir si j’y suis parvenu avec ‘The Guest’ – j’en suis trop proche – mais je raconte mon histoire avec une franchise et une vulnérabilité totales. Les réactions parfois très personnelles au film ont en tout cas été extrêmement fortes et montrent que le sujet déclenche beaucoup de choses – même chez les personnes qui ne sont pas directement concernées. Peut-être ai-je en effet réussi à faire un film à travers lequel le public se retrouve dans des conversations et des expériences qui n’ont rien à voir avec le VIH – et pourtant tout à voir avec le VIH.

Pour moi personnellement, ce projet a été une sorte d »exorcisme’ et finalement très cathartique. Grâce à une ‘contribution à la création’, le Conseil Positif me soutient maintenant à développer le film. J’en suis très reconnaissant. L’objectif est de réaliser un film documentaire de longue durée qui intègre également les perspectives d’autres personnes concernées. Pour ce faire, je recherche des soutiens privés et des fondations. Il existe déjà une version brute du film, d’une durée de 16 minutes pour le moment. Je me réjouis toujours de recevoir d’autres réactions et contributions.

« Je ne sais pas comment décrire ce que j’ai ressenti en regardant ton film. J’ai pleuré plusieurs fois en entendant les mots que tu as utilisés ou ceux que « ton virus » a prononcés. Le fuir, l’affronter, l’accepter en quelque sorte et le faire sien – ou, comme tu le dis, lui donner une place en nous, dans notre vie; ce chemin a vraiment été bien partagé et ressenti. Je te remercie pour ton honnêteté et ton courage. Et je te remercie aussi pour ton cinéma. J’aimerais partager quelque chose avec toi : Quand j’ai appris mon infection, je ne pouvais plus dormir dans la chambre de mon enfance. Cela me faisait mal de voir tous les objets qui avaient grandi avec moi et qui représentaient des traces de moi enfant. J’avais l’impression d’avoir trahi cet enfant. Il m’a fallu beaucoup de temps pour me réconcilier avec moi-même. Aujourd’hui encore, j’ai le sentiment que je dois être une superwoman devant l’enfant en moi pour compenser ma douleur. C’est ce que me rappelle ton film. » — Danielle (Beirut)

« Un coup de fouet ce quart d’heure, du mouvement dans le mouvement, qui aspire, éjecte, me transporte à ton rythme dans des états d’âme extrêmement différents, demandant toujours une attention et une empathie maximales. Des images, des déclarations, des compositions qui émeuvent et touchent à l’extrême. J’étais tout à fait avec toi. J’ai regardé le film pour la énième fois, je trouve toujours quelque chose de nouveau et je ressens comme un don merveilleux et, d’un point de vue artistique, comme la prise d’une grande responsabilité ce que tu proposes au spectateur et à la spectatrice. Je me sens honorée de pouvoir participer à de tels développements (sur)vitaux. Bien entendu, des images aussi fortes suscitent aussi des réflexions personnelles sur un diagnostic difficile (dans mon cas, une leucémie) et son traitement. Je ressens moi-même que l’activité artistique peut être énormément utile, orientée vers l’avenir et porteuse de sens. » — Inge (Suisse)

« Je suis vraiment touché et reconnaissant que tu partages ton histoire avec le monde. C’est tellement beau et inspirant. C’est une réalisation de film tellement courageuse. Personnellement, je pense que ce film n’a rien à voir avec le VIH. Il s’agit de quelqu’un qui raconte l’histoire de sa vie sans détour, de manière tout à fait honnête et vulnérable. On aurait tout aussi bien pu parler du fait que l’on est harcelé à l’école, que l’on est gay, que l’on est noir, que l’on est artiste, que l’on est sur le spectre ou que l’on a perdu quelqu’un. Cela aurait eu le même effet. Tu as décidé d’être sous les feux de l’actualité et de le mettre en scène de manière si merveilleuse. Je pense que c’est la chose la plus belle et la plus significative que l’on puisse faire en tant qu’artiste. » — Marko (Croatia)

« Merci pour cet aperçu de ton histoire et de la manière dont tu as vécu cette période d’obscurité. Comme j’ai moi-même vécu une expérience similaire – certes plus tôt que toi – cela me touche beaucoup. Ce qui me semble important, c’est que tu sois à nouveau en vie et que tu puisses organiser ta vie toi-même. Ne considère pas le passé comme un fardeau, mais comme une expérience qui a certes été une grande menace pour toi, mais dont tu t’es libéré. Tu écris que la sexualité et l’amour, ainsi que ton vrai moi, n’avaient plus leur place. Je te souhaite que cela aussi fasse à nouveau partie de ta vie. » — Hansruedi 

« Comme on dit au Mexique : Hijole cabron ! C’était assez fort. Une grande performance pour un petit film. Je dois dire que la langue allemande a quelque chose qui sonne vrai pour moi. Quand j’entends l’allemand, dans ma perception personnelle et culturelle, c’est une brutalité indésirable et invasive. Une intrusion bruyante et gênante – un rappel que la vie est pleine de dangers et qu’elle peut être prise à tout moment par des forces destructrices et extérieures. En fin de compte, je crois que nous devons nous accepter nous-mêmes et toutes les parties indésirables de nous-mêmes – elles sont là, que nous les aimions ou non. La manière dont nous les interprétons, ce qu’elles signifient pour nous, est une décision, une construction sociale. Je me souviens avoir fait mon coming out à 15 ans et avoir simplement souhaité que cela disparaisse à 14 ans. La lutte intérieure entre les idées fausses de la société sur le fait d’être gay et ma propre fierté à ce sujet signifiait vraiment une crise d’identité. Ensuite, j’ai dû revivre ce combat parce que je suis séropositif. C’est peut-être un processus qui dure toute la vie pouux d’entre nous qui se transforment – pour accepter toutes les parties de nous-mêmes. Je pense que ce petit film a une grande valeur artistique. Toutes mes félicitations. » — Winston (Los Angeles)

« Honnêtement, ma première réaction a été : génial, et : fais-en une pièce de théâtre ! Tu en as envie? Et par là, je ne veux pas dire ne pas faire de film! Mais je me vois très bien faire ça sur scène. » — Petra (Berlin)

« Ce film est tout simplement extraordinaire ! J’ai ressenti ta douleur à travers mes yeux humides de larmes. Je vois un homme d’espoir, de tristesse, de convictions et un homme qui veut se libérer de tout cela. Je vois à quel point c’est difficile pour toi et à quel point il est important de représenter ses propres expériences avec la maladie! Pour moi aussi, ce film a rouvert certaines blessures, comme le souvenir du jour où mon mari m’a annoncé son diagnostic. Bien sûr, j’avais vécu la plus grande partie de la crise du sida dans les années 80. Mon premier partenaire est mort de la maladie. Puis, vingt ans plus tard, mon mari, qui a fait de son mieux pour exprimer de manière affectueuse qu’il était désormais « indétectable ». Je ne savais pas pourquoi il me répétait cela sans cesse. Nous n’avions plus de relations sexuelles parce que je le voulais, et je ne lui ai jamais dit pourquoi. Mais c’était par manque total de connaissance de ma part que je pouvais reprendre une vie sexuelle normale avec lui. Pourtant, je ne l’ai pas fait. Je n’ai pas compris. Je me sens encore coupable de ne pas avoir compris. De ne pas l’avoir aimé inconditionnellement. Notre amour était profond, et comme nous n’avions pas de relations sexuelles, mais seulement des caresses occasionnelles de sa part, je ne pouvais pas me résoudre à m’engager complètement avec lui. Encore une fois, mon ignorance. Cela a dû le blesser énormément ! Il aurait été correct de continuer à faire l’amour, mais c’était déjà si profondément ancré dans mon cerveau. Je n’avais pas d’autre idée que celle que le sida était synonyme de mort. Je ne peux même pas imaginer comment il a dû gérer l’absence d’amour par le sexe et ma réticence à le faire.Une partie de mon chagrin à sa mort n’avait certes rien à voir avec le sida ou le VIH, mais je me sentais coupable de ne pas l’avoir aimé pleinement. Je sais que j’ai un cœur plus tendre et que je comprends mieux ce que je n’ai pas pu donner à cette époque. Je le sais mieux maintenant et cela ne me fait plus peur. Tu as créé quelque chose de très spécial avec ce film! »  — Robin (New Mexico)

« J’ai trouvé que c’était un film très touchant et réussi pour rendre compréhensible et visible quelque chose de très complexe et pour le faire passer du côté très personnel à quelque chose de plus général, inhérent au thème du VIH en tant que menace mortelle (dans le contexte de l’homosexualité). Pour que tous ceux qui veulent faire face à des situations similaires puissent s’y retrouver. Je l’ai compris comme une possibilité de se confronter à soi-même. C’est très personnel et ça captive le spectateur. » — Heribert (Suisse)

« Je me vois dans chaque scène du film. Je n’ai pas pu m’empêcher de m’identifier à ton combat. L’invitation à la plus profonde intimité semble être le leitmotiv de tout ton travail. Le désir de faire disparaître ton public en tant que « les autres » et de le faire plonger dans ton intimité, de l’entraîner directement, sans aucune introduction, dans les profondeurs de tes pensées et de tes contradictions, de tes luttes, mais aussi de ta force brute et de ton approche téméraire de la santé mentale et de la voie de la « guérison » – qui n’est pas seulement la tienne, mais aussi, nécessairement, la mienne et celle de tous les autres spectateurs. […] Ton film est une tentative d’amener les gens à ressentir et non à penser. C’est une histoire personnelle, mais une histoire dans laquelle tes luttes individuelles n’étranglent pas le contenu. Tu termines par la déclaration la plus importante de toutes:  » C’est sûr! C’est sûr ! « . Ce dernier écho de ton film, résonne encore longtemps. Montre ce film au monde. J’en ai eu besoin aujourd’hui, et beaucoup de gens comme nous doivent passer par le bain guérisseur en regardant le film… » — Angelo (Brazil)

« Ah mon Dieu, ce film m’a touché à bien des égards. J’ai versé une ou deux larmes. Il m’a tellement fait penser à moi lorsque j’ai découvert que j’étais positive en 2006. La beauté, le combat et la force exprimés par le film resteront à jamais dans mon cœur. Avec ce projet, tu fais un énorme cadeau au monde. » — Justin (Washington, D.C.)

The Guest (16min, 2023/24)

Vimeo.com/janostedeschi/theguest
PW: theguest2023

The Guest’ fait également partie des recherches pour mon long métrage ‘Love Undetectable’, qui vise à créer de nouvelles images et de nouveaux récits sur la vie avec le VIH ici et maintenant. Plus d’informations dans la prochaine newsletter 

Contacte:

j.tedeschi@proton.me

 

Autres sujets

CROI 2024 : Prévention

Voici quelques conclusions importantes de la recherche en matière de prévention. Succès de la PrEP en Australie L’Australie a fait œuvre de pionnier dans l’introduction de la prophylaxie pré-exposition PrEP – depuis 2018, l’intervention est disponible gratuitement. Cette année encore,

Weiterlesen »

Points essentiels de la CROI 2024

La conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes CROI 2024 a eu lieu en mars à Denver, aux États-Unis. Des scientifiques y ont présenté de nombreuses études intéressantes sur des médicaments nouveaux et existants pour le traitement du VIH.

Weiterlesen »