Symposium d’adieu pour Hansjakob Furrer : Mon médecin prend sa retraite

Les pionniers de la clinique du VIH tirent leur révérence. Avant, nous pensions qu’ils nous accompagneraient dans la tombe, et maintenant, nous leur disons adieu pour la retraite. Le professeur Hansjakob Furrer [1], mon médecin de longue date à l’Hôpital de l’Île de Berne, va se consacrer dans quelques semaines à sa famille et à son saxophone bien-aimé. J’ai eu l’occasion de le remercier lors du symposium d’adieu qui a été tenu le 16 mai à l’hôpital de l’Île à Berne.

J’ai rencontré Hansjakob Furrer, alias « Tschabi », pour la première fois il y a bientôt 28 ans, après le congrès historique sur le SIDA à Vancouver en 1996. C’est à cette époque que la trithérapie avec l’inhibiteur de protéase s’est imposée comme un traitement efficace.

Après le diagnostic de 1986, quand on a voulu me faire avaler 1800 mg d’AZT par jour à un jeune homme en parfaite santé, l’Hôpital de l’Île a été pour moi un lieu de terreur. On y allait pour mourir. J’avais l’impression que les médecins ne savaient rien et que je m’en sortais mieux en prenant soin de moi.

Mais j’ai aussi eu de la chance, car il y avait encore un médecin de famille biennois sur lequel je pouvais compter en cas d’urgence. Celui-ci revenait de ladite conférence de Vancouver, m’a appelé et m’a dit « Haerry, tu vas manger ça et tu vas aller à l’hôpital de l’île ». A l’époque, j’étais déjà très affaibli, je venais de subir une PCP et j’en avais deux autres devant moi.

En 1996, j’ai eu la surprise de trouver à l’Hôpital de l’Île un service d’infectiologie bien organisé et deux médecins qui en savaient nettement plus que moi – l’un d’eux était justement « Tschabi ». Je connaissais alors mes CD4 par leur prénom, ils étaient trois – Hans, Fritz et Elise, et ma charge virale était trois fois plus importante que celle de l’armée suisse de l’époque. Mais Tschabi, avec son médecin assistant Lorenz Böhlen, m’a patiemment soigné. En 1996, cela n’allait pas aussi vite qu’aujourd’hui, les thérapies étaient exigeantes, mon quotidien tournait autour des 30 pilules à prendre tout au long de la journée, avec ou sans nourriture, également avec beaucoup de beurre et de jus de pamplemousse.

Avec le temps, nous avons même développé une relation, une véritable relation médecin-patient. Lorsque mes triglycérides faisaient des bonds, Tschabi n’hésitait pas à appeler Peter Reiss à Amsterdam pour lui demander conseil. Réfléchir soigneusement et discuter – c’est ce qui le caractérisait en tant que médecin, et il me donnait l’impression d’avoir tout le temps du monde.

Quand j’étais à nouveau sur pied, je l’ai soudainement rencontré partout. Lors de conférences, au comité scientifique de la cohorte COHERE, au comité de l’Aide Sida Berne et, le samedi, chez le pêcheur ou le maraîcher du marché de Berne.

Bea Aebersold, directrice de longue date de Aide Sida Berne, m’a raconté sa première rencontre avec Tschabi. C’était à la fin des années 80, au début des années 90, dans un appartement quelque part à Berne, avec quelques personnes touchées par le VIH. Il s’agissait de fonder un groupe PWA dans la région de Berne. Elle se souvient d’une discussion engagée et favorable entre toutes les personnes présentes. Hansjakob Furrer était au milieu de tout ça, elle n’a pas compris pendant un moment d’où il venait. Ce n’était pas un médecin qui devait aussi se montrer ici, mais simplement une personne concernée.

La manière dont il a organisé en 2000 le financement d’une délégation de soignants de l’hôpital de l’Ile et de la directrice de l’Aide Sida Berne pour participer à un congrès à Durban était également spéciale. Tschabi a largement contribué à ce que le canton de Berne prenne en charge l’assurance maladie avec franchise et quote-part pour les personnes sans autorisation de séjour, les « sans-papiers ».

Un de mes amis m’a raconté comment, il y a plus de 20 ans, il devait quitter le Népal pour se rendre en Suisse via Singapour. Le Sars-CoV1 faisait alors la une des journaux, on mesurait partout la fièvre dans les aéroports asiatiques. Et mon ami toussait lamentablement et avait une forte fièvre.

Il a demandé conseil à Tschabi par téléphone, a avalé des antipyrétiques et a réussi à monter dans l’avion. Arrivé à la maison, le problème suivant survint – il devait soutenir sa thèse le lendemain. Tschabi a spontanément pris le téléphone, a demandé à la direction de l’école de venir et a dit : « Écoutez, mon patient vient d’arriver d’Asie, il tousse et a une forte fièvre. Je vous suggère de le garder à la maison, vous ne voulez pas être infecté ».

J’ai pu discuter avec d’autres de ses patients. Où, outre les anecdotes, tous étaient d’accord : Tschabi n’a jamais été le Monsieur Professeur, mais quelqu’un qui mettait sa lumière sous le boisseau. Coopératif, avec une grande empathie et très pragmatique – c’est ainsi que nous avons appris à l’apprécier. Et lorsque la tension artérielle était un peu élevée, il disait sarcastiquement « c’est parce que tu me trouves si bon ».

Cher Tschabi, tu t’es occupé de moi pendant près de trente ans. Et aujourd’hui, à 64 ans, mon espérance de vie est bien meilleure qu’à l’époque, en 1996. Bien sûr, les pilules ont beaucoup aidé, mais ta contribution personnelle a été énorme. Pour tous ceux à qui j’ai parlé, tu es avant tout un être humain.

En yiddish, un « Mensch» (homme) est avant tout une bonne personne. Leo Rosten, auteur du dictionnaire amusant « The joys of Yiddish », est plus nuancé. Il écrit : « A Mensch is someone to admire and emulate, someone of noble character. The key to being ‘a real mensch’ is nothing less than character, rectitude, dignity, a sense of what is right, responsible, decorous. » Un Mensch (homme) est quelqu’un que l’on doit admirer et imiter, quelqu’un au caractère noble. La clé pour être un « vrai  Mensch »  n’est rien de moins que le caractère, la droiture, la dignité, le sens de ce qui est juste, le sens des responsabilités et la décoration.

On ne peut pas mieux te décrire. Merci Tschabi, et tout de bon !

David Haerry / Mai 2024

Programme du symposium d’adieu du professeur Hansjakob Furrer 16 mai 2024 à Berne

[1] https://infektiologie.insel.ch/de/ueber-uns/details/person/detail/hansjakob-furrer

Autres sujets

CROI 2024 : Prévention

Voici quelques conclusions importantes de la recherche en matière de prévention. Succès de la PrEP en Australie L’Australie a fait œuvre de pionnier dans l’introduction de la prophylaxie pré-exposition PrEP – depuis 2018, l’intervention est disponible gratuitement. Cette année encore,

Weiterlesen »

Points essentiels de la CROI 2024

La conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes CROI 2024 a eu lieu en mars à Denver, aux États-Unis. Des scientifiques y ont présenté de nombreuses études intéressantes sur des médicaments nouveaux et existants pour le traitement du VIH.

Weiterlesen »

The Guest – le nouveau film de Janos Tedeschi

A l’occasion de la Journée mondiale du sida, le 1er décembre 2023, j’ai présenté un court-métrage documentaire sur mon histoire avec le VIH au Positive Life Festival de Lausanne. Le festival, fondé par David Jackson-Perry, membre du conseil d’administration du

Weiterlesen »