Réponse immunitaire réduite aux vaccins à ARNm COVID-19 chez les personnes atteintes du VIH ?

Nous savons par expérience que les personnes séropositives présentent une réponse immunitaire réduite aux vaccins tels que ceux contre l’hépatite B et la grippe. Les chercheurs américains craignaient que cela ne soit également vrai pour le vaccin à ARNm contre le SRAS-CoV-2.

Une étude présentée à la conference Infectious Disease Week à la fin du mois de septembre semble maintenant confirmer ces craintes[1]. Il a déjà été constaté aux Etats-Unis que la gravité de la maladie COVID-19 semble être plus élevée chez les personnes vivant avec le VIH. Ceci a probablement motivé les chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) à déterminer s’il existe des différences dans la réponse immunitaire à la vaccination contre le SRAS-CoV-2 en fonction du statut VIH ou du type de vaccin à ARNm.

Leurs résultats, présentés lors d’une session de dernière minute à la Infectious Disease Week 2021, montrent que les personnes infectées par le VIH avaient 43 % moins d’anticorps IgG anti-SARS-CoV-2 mesurés après la vaccination que les personnes non infectées par le VIH, ce qui suggère que les cliniciens devraient envisager une vaccination supplémentaire sous forme de rappels pour cette population.

Nous nous sommes un peu renseignés chez l’étude de cohorte suisse sur le VIH (SHCS). D’un point de vue suisse, nous ne pouvons pas confirmer les observations américaines d’une évolution plus sévère de l’infection par le SRAS-CoV2 chez les personnes séropositives. La SHCS elle-même a réalisé une étude comparant la réponse aux deux vaccins à ARNm de Pfizer ou Moderna. Ces données seront publiées prochainement, et nous reviendrons alors sur le sujet.

Les chercheurs américains recommandent que, chez les personnes vivant avec le VIH, les vaccins de rappel soient administrés en priorité lorsque le nombre de CD4+ est faible ou que la charge virale n’est pas supprimée. Nous savons par expérience que ce problème spécifique est beaucoup moins important en Suisse qu’aux États-Unis.

De notre point de vue, les patients suisses atteints du VIH ne doivent pas s’inquiéter. Pour les personnes séropositives et ayant un faible taux de CD4 qui ne se sentent pas en sécurité, nous recommandons d’en parler au médecin traitant.

David Haerry / Octobre 2021


[1] Spinelli M et al. Lower SARS-CoV-2 IgG and pseudovirus neutralization titers post-mRNA vaccination among people living with HIV. IDWeek, abstract LB8, 2021

Autres sujets

Vaccins Corona : nombre record de rapports d’effets indésirables par les patients

Au début du mois de juin, 2’701 notifications d’effets indésirables présumés des vaccins Covid-19 avaient été soumises à l’agence des médicaments Swissmedic en Suisse. Il est frappant de constater que la population vaccinée est particulièrement assidue à la déclaration : Plus de 15 % des effets secondaires ont été signalés par les patients. La population s’est ainsi imposée comme la deuxième source de notification d’effets indésirables dans le domaine de la vaccination Covid après les médecins, devant les pharmaciens.

Weiterlesen »