« Quel est votre antidote contre la peur ?»

Bribes de conversation recueillies par Janos en mars 2022

Je suis dans le train en route pour le festival du film LGBTQ+ à Amsterdam. Mon texte sur la variante beaucoup plus agressive du VIH récemment découverte aux Pays-Bas ne veut pas vraiment être couché sur le papier. D’autres choses me préoccupent plus. Je feuillette mon livre d’essais philosophiques, agacé, et je m’arrête sur le passage suivant, en me demandant s’il s’agit d’une coïncidence : « Très peu de gens disposent aujourd’hui du calme qui permet à l’homme de prendre de vraies décisions et de se retirer dans un état de réflexion. Presque tout le monde est hors de lui, excité, et avec l’excitation, l’homme perd sa qualité la plus essentielle – la possibilité de réfléchir, de se replier sur lui-même pour se mettre au clair avec lui-même et définir ce qu’il croit, ce qu’il apprécie vraiment et ce qu’il déteste vraiment. Cette excitation l’aveugle, le rend aveugle et le force à agir mécaniquement, comme un somnambule frénétique ». Le philosophe espagnol, José Ortega y Gasset, a écrit ces lignes quelques courtes années seulement avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Le texte pourrait être d’aujourd’hui. Aujourd’hui, à peine un siècle plus tard, les événements ne se bousculent-ils pas à nouveau – l’humanité ne semble-t-elle pas une fois de plus hors d’elle ? Le cauchemar de la pandémie Corona est à peine terminé que la guerre entre la Russie et l’Ukraine ouvre la voie à un nouveau drame dont les conséquences pourraient être catastrophiques. En arrière-plan, un bouleversement économique massif se profile à l’horizon ; des millions d’emplois seront victimes du monde digitalisé dans les années à venir. Et tout cela alors que la crise climatique devient de plus en plus une réalité tangible, même sous nos latitudes ! Je ne peux pas rester assis tout seul avec ces questions. Je m’assieds donc au bistrot de bord et cherche à discuter avec mes compagnons de voyage, en espérant que l’une ou l’autre réflexion m’ouvrira peut-être une nouvelle perspective. Je demande donc : qu’est-ce que cet état d’urgence constant te fait ? Comment gères-tu les angoisses existentielles ? Comment parvenons-nous à ralentir nos vies pour nous retrouver dans un état de réflexion ?

Astrid (36)

« C’est une question très forte. Comment gérer l’anxiété ? Je m’entraîne de plus en plus à être dans le moment présent, à regarder les belles choses qui m’entourent ; les couleurs, les gens ; à embrasser le moment présent. Je suppose que je cultive mon œil pour la beauté du monde. Je ne veux pas me concentrer sur les choses négatives, car elles sont partout. J’essaie d’aller au-delà de mon propre jugement et de rester ouverte à tout ce que la vie nous apporte. Et lorsque je rencontre des personnes dont je ne partage pas l’opinion, j’essaie de regarder au-delà de nos différences pour voir l’humanité qui nous relie. Et je considère que ma tâche en tant qu’artiste est de rappeler aux gens leur lien avec la beauté. Je ne veux pas me noyer dans la peur et dans une image négative du monde. Il y a tellement de beauté dans ce monde. C’est sur cela que je me concentre. »

Morgan (57)

Je gère la peur en faisant abstraction des choses. Je regarde des chiffres, des faits, des graphiques, des tableaux. L’abstraction crée la distance.

Philip (33)

Je regarde beaucoup d’informations, cela produit de la dopamine, ce qui est tout à fait compréhensible du point de vue de la psychologie des médias. Je me plonge donc dans une sorte d’ivresse qui masque ainsi ma peur sous-jacente. Qu’il s’agisse d’une guerre mondiale, d’une catastrophe climatique ou des grandes tensions sociales qui se dessinent, ma crainte est que nous ne puissions pas y faire face en tant qu’humanité. Mais dans l’ivresse, la gravité de cette question passe en quelque sorte inaperçue.

Dora (47)

Je le perçois comme des vagues dans la mer. Plus la vague est grande, plus il faut s’y jeter. Cela signifie être sensible. Je lis par exemple les actualités sur différents canaux et dans différentes langues. Je veux pouvoir me faire une image complexe. Cela demande beaucoup d’énergie et n’est pas facile à supporter, mais j’ai le sentiment qu’il faut déjà observer très attentivement si l’on veut comprendre comment le monde fonctionne. Mon jeune enfant me relie aussi à la terre parce qu’il demande de la présence. Il remarque très bien quand je ne suis pas présente. Cela m’aide à ne pas me noyer dans toutes les informations sur le monde extérieur. Car mon monde est aussi ici, maintenant. Avec mon enfant.

Natalia (21)

Personnellement, je me concentre sur ce qui me permet de garder les pieds sur terre. Je me concentre sur une seule chose à la fois. Passer du temps avec ma grand-mère, qui est très âgée, m’aide aussi beaucoup, car elle a besoin de mon soutien et de mon attention. Cela peut paraître un peu étrange, mais j’ai l’impression que c’est un cadeau pour moi de pouvoir m’occuper d’elle ; en fait, je suis reconnaissante d’avoir quelqu’un à qui je peux donner de l’amour. Parce que de cette façon, j’ai l’impression de pouvoir faire quelque chose de bien dans ce monde.

Victor (64)

Garder une vision à long terme est la façon dont je garde ma peur à distance. Pour garder la perspective. Je trouve qu’il est important de se tenir informé de ce qui se passe et de ce qui nous fait peur, mais ensuite de tester la réalité. Est-ce que cela représente un danger imminent pour moi en ce moment ? Ou puis-je relativiser ?

Ivonne (62)

L’antidote à la peur est l’amour. Cela ressemble à un cliché, mais c’est vraiment vrai. Il s’agit de trouver mon centre intérieur, par la méditation ou les pratiques de pleine conscience. Pour moi, c’est lié à la notion que tout est un. Tout ce qui se passe est une expression de l’Un, qu’il s’agisse de ce que je fais de ma vie, de ce que fait Poutine, de ce que font les autres ou de tout ce qui est. Vous ne pouvez pas voir la lumière sans l’obscurité. Alors pourquoi en aurais-je peur ? Je la prends comme une invitation à me concentrer sur la lumière, à choisir de donner de l’énergie au bien et à ce qui mérite l’amour.

Maria (40)

Pour moi, l’antidote à la peur consiste principalement à s’éloigner du flux constant d’informations dont nous sommes abreuvés. Se concentrer sur les petites choses – Nous sommes en quelque sorte dans un défilement constant ; et certaines personnes y sont complètement perdues ; constamment inondées d’informations. Bien sûr, il est important d’être actif dans le monde, de faire de bonnes actions ; mais je vois de plus en plus qu’en tant qu’individu, je n’ai pas vraiment d’influence à l’échelle mondiale. La seule chose que je peux faire, c’est travailler dans les basses couches. Planter des graines. Avec l’espoir de finir par changer la hiérarchie des choses.

Lucius (29)

Plus qu’avant, je réfléchis au fait que je vais mourir. Je me demande quelles sont les choses vraiment importantes dans ma vie. Et quelles sont les choses qui ne le sont pas en fait.

Tanja (58)

Je ne peux pas changer le monde. Il semble que nous soyons dans une folie perpétuelle. Les périodes où l’humanité s’est vraiment épanouie ont tout de même été relativement courtes. La Grèce antique. Florence à la Renaissance. La Rive Gauche à Paris. En fait, très peu de moments. Ce qui fait de plus en plus sens pour moi, c’est quand je peux faire quelque chose qui touche une autre personne. Donner du plaisir aux gens qui nous entourent, je pense que c’est le but. On ne peut pas sauver le monde entier. Juste faire des petits pas, dans son propre environnement. C’est tout ce qu’on peut faire.

Michael (39)

Oh, j’ai besoin… nous avons besoin de l’art ! Nous avons besoin de nous réunir, nous avons besoin d’une communauté physique, plus que jamais. Dans ce monde digital fragmenté, nous nous sentons de plus en plus étrangers aux autres. C’est ce qui m’inquiète le plus. Vous voyez, cette peur et ce stress qui, ces dernières années, sont devenus de plus en plus manifeste dans notre société, ont augmenté de manière exponentielle à cause des histoires et des images propagées dans les médias. Les gens se sentent de plus en plus isolés socialement ; sans communauté, ils ont le sentiment que leur vie n’a pas de sens. Il y a donc beaucoup d’anxiété en suspens. Et cela crée un profond mécontentement psychologique – le terreau idéal pour toutes sortes de conflits sociaux. Je suis en train de lire un livre de Matthias Desmet, un professeur de psychologie. Je trouve ce qu’il dit très intéressant.

Janos / Mars 2022

Autres sujets

Gus Cairns : Quarante ans de survivant

Le samedi 5 juin, date désormais consacrée « HIV Long Term Survivors’ Awareness Day », ou “Journée de sensibilisation des survivants à long terme du VIH », a marqué le 40e anniversaire de la découverte des effets du

Weiterlesen »

Risque plus élevé de percées vaccinales chez les personnes vivant avec le VIH

Une grande étude américaine[1] confirme que l’infection par COVID-19 est rare chez les personnes entièrement vaccinées, quel que soit leur statut sérologique. Mais l’analyse montre aussi, de manière surprenante, que les personnes séropositives entièrement vaccinées ont environ 40 % de chances en plus d’avoir une percée que les personnes séronégatives. Le nombre de CD4 ou la suppression virale ne semblent pas jouer de rôle.

Weiterlesen »