Permis de séjour en Australie : les choses bougent

Brisbane, Australie – 24 juillet 2023 : Les espoirs étaient déjà au plus bas – le gouvernement n’a pas assisté au symposium sur la migration par satellite de samedi. Le ministre de la Santé Mark Butler a ouvert la conférence mondiale sur le sida à Brisbane dimanche en s’engageant en faveur de la stratégie d’élimination – il a passé sous silence le thème de la migration. Pourtant, lundi matin, toutes les chaînes d’information en continu en parlaient : l’Australie va réviser les lois existantes.

Le ministre de l’immigration Andrew Giles : «Australia’s approach to migration health requirements does not meet community expectations» – en français : «L’approche de l’Australie sur les exigences sanitaires en matière de migration ne répond pas aux attentes de la communauté». Ainsi, le chat était sorti du sac.

Les règles actuelles expliquées :
– Les demandeurs de visa souffrant de problèmes de santé ou de handicaps sont soumis à ce que l’on appelle les «conditions sanitaires».
– Ces conditions sont examinées afin de déterminer si elles entraînent des «coûts importants» pour la communauté australienne sur une période donnée (51 000 AU$, généralement sur une décennie).
– Le visa n’est pas délivré si une personne dépasse ce montant – à moins qu’elle ne bénéficie d’une exemption, dite exemption de santé.
– Toutes les personnes qui demandent un visa de résident permanent doivent se soumettre à un test de dépistage du VIH.

Obtenir une dispense de santé prend des années. De plus, si une seule personne dans une famille est séropositive, toute la famille n’obtient pas de permis de séjour. Le problème n’est pas l’infection par le VIH en tant que telle, mais le critère de coût de 51’000 AU$ sur dix ans.

Ces règles rigides datent des années 1990 et sont critiquées depuis longtemps. Aujourd’hui, ce sont surtout les personnes séropositives originaires d’Asie, d’Afrique, mais aussi d’Amérique et d’Europe, qui souhaitent étudier en Australie ou qui ont déjà une offre d’emploi, qui sont concernées. Sur www.hivtravel.org, les personnes concernées se manifestent à un rythme hebdomadaire.

Alexandra Stratigos est juriste et soutient les personnes concernées à Brisbane, dans le Queensland. Elle poursuit : « Les 51’000 AU$ représentent environ le double du seuil de coût fixé par le gouvernement. Cela signifie que chaque personne séropositive dépasse ce seuil. Ceux qui disposent d’un visa éligible et qui demandent ensuite un permis de séjour peuvent éventuellement contourner cette règle s’ils obtiennent une dérogation sanitaire, dont l’approbation est toutefois laissée à la discrétion du gouvernement et contre laquelle ils peuvent faire appel auprès de l’Administrative Appeals Tribunal (AAT) — un organe chargé d’examiner les décisions du gouvernement. Nous avons un taux de réussite relativement élevé lorsqu’il s’agit d’obtenir un visa permanent pour les personnes. »

Alexandra Stratigos souligne également que les règles existantes obligent certains demandeurs à révéler leur statut VIH à leur employeur, ce qui soulève des questions de vie privée, et qu’elles peuvent conduire à ce que des personnes restent dans des situations abusives ou d’exploitation parce qu’elles veulent éviter un test.

La Nouvelle-Zélande avait supprimé des règles similaires début 2022. Plus de 40 autres pays n’accordent pas de permis de séjour aux personnes vivant avec le VIH. La plupart de ces pays se trouvent en Asie. Plus sur www.hivtravel.org

David Haerry / Brisbane, le 24 juillet 2023

Autres sujets

Résumé de la Journée mondiale du sida en Suisse

La discrimination dans le domaine de la santé était le thème de la campagne suisse de cette année à l’occasion de la Journée mondiale du sida. L’Aide Suisse contre le Sida a fait preuve d’imagination et n’a reculé devant aucun effort ni coût. Voici un aperçu de la campagne.

Weiterlesen »

Le dommage collatéral est arrivé : le programme national de lutte contre le VIH et les hépatites est reporté.

Comme nous l’avons appris après la mise sous presse, le Conseil fédéral a décidé de prolonger de deux ans le programme national de lutte contre le VIH et les infections sexuellement transmissibles. Cela retarde l’entrée en vigueur d’un programme de suivi. La réalisation des objectifs d’élimination du VIH et des hépatites virales d’ici 2030 est donc menacée.

Avec cette décision irréfléchie vue du Conseil fédéral, la Suisse devra continuer à travailler pendant deux ans encore avec un programme complètement dépassé comme base de la prévention des maladies infectieuses importantes. La S

Weiterlesen »