Les patients vulnérables appellent les autorités de santé publique à répondre à leurs besoins non satisfaits pendant la pandémie de Covid-19 – Press Release

Déclaration des organisations suisses de patients et patients à haut risque.pdf

13 décembre 2022

Les organisations suisses de patients et les patients à haut risque se sentent abandonnés par les autorités dans la pandémie Covid-19. Elles en appellent aux autorités nationales et cantonales pour qu’elles s’attaquent aux effets de la pandémie Covid-19 sur les patients immunodéprimés et recommandent des mesures préventives pour réduire ces risques.

Environ 2 % de la population suisse est considérée comme immunodéprimée et présente un risque plus élevé de réponse insuffisante aux vaccins Covid-19 et sont plus vulnérables à de nombreuses infections. Cela représente environ 175 000 personnes qui, malgré les vaccins et les boosters, présentent toujours un risque plus important dû au Covid-19, mais aussi à d’autres infections. S’y ajoutent les personnes atteintes de Long Covid. Pour tous, cela signifie des hospitalisations plus fréquentes, une mortalité plus élevée et des maladies plus longues.

David Haerry, président du Conseil Positif Suisse, déclare : « Nous souhaitons que l’on s’assure que les stratégies et les actions pour les patients immunodéprimés, y compris les antiviraux avant et après une infection, soient mises en œuvre de manière efficace et que les groupes de patients concernés soient mieux informés de leurs options ».

Chantal Britt, présidente de l’organisation de patients Long Covid Suisse, déclare : « La population générale n’est pas assez consciente des préoccupations des patients à haut risque. Le Covid-19 semble perdu de vue et d’esprit. Les préoccupations des patients immunodéprimés sont pourtant l’affaire de tous. Une protection vaccinale optimale de la population en bonne santé signifie également une meilleure protection des personnes ayant subi une transplantation, des patients hémato-oncologiques ou des personnes atteintes de sclérose en plaques ».

Des mesures de communication ciblées sont nécessaires pour sensibiliser le public aux besoins spécifiques dont ce groupe de personnes continue d’avoir besoin. Il s’agit notamment des mesures de sécurité que ce groupe et son entourage devraient continuer à suivre – port du masque dans les espaces fermés, accès aux tests gratuits du COVID-19, accès facilité aux options thérapeutiques ainsi que conseils et soutien pour l’auto-isolement persistant.

Vous trouverez des informations supplémentaires dans la déclaration des premiers signataires qui suit.

 

Contacts:

Chantal Britt, e-mail chantal.britt@long-covid-info.ch, T 076 588 0824

David Haerry, e-mail David.haerry@positivrat.ch, T 079 712 5759

Autres sujets

Le dommage collatéral est arrivé : le programme national de lutte contre le VIH et les hépatites est reporté.

Comme nous l’avons appris après la mise sous presse, le Conseil fédéral a décidé de prolonger de deux ans le programme national de lutte contre le VIH et les infections sexuellement transmissibles. Cela retarde l’entrée en vigueur d’un programme de suivi. La réalisation des objectifs d’élimination du VIH et des hépatites virales d’ici 2030 est donc menacée.

Avec cette décision irréfléchie vue du Conseil fédéral, la Suisse devra continuer à travailler pendant deux ans encore avec un programme complètement dépassé comme base de la prévention des maladies infectieuses importantes. La S

Weiterlesen »

Gus Cairns : Quarante ans de survivant

Le samedi 5 juin, date désormais consacrée « HIV Long Term Survivors’ Awareness Day », ou “Journée de sensibilisation des survivants à long terme du VIH », a marqué le 40e anniversaire de la découverte des effets du

Weiterlesen »