IAVI et Moderna testent un vaccin à ARNm contre le VIH

La percée très rapide de la technologie ARNm dans le développement d’un vaccin contre le SRAS-CoV2 conduit à une nouvelle tentative de vaccin contre le VIH. L’International AIDS Vaccine Initiative IAVI et Moderna viennent d’annoncer le lancement d’une étude de phase 1 dite de « preuve de concept ». Les premières doses ont déjà été administrées aux volontaires de l’Université George Washington à Washington D.C.

L’étude IAVI G002 teste l’hypothèse selon laquelle l’administration successive d’immunogènes spécifiques du VIH, administrés par ARN messager (ARNm), déclenche des réactions typiques des cellules B et peut ainsi orienter le développement d’anticorps neutralisants à large spectre (bnAb). L’initiation d’anticorps neutralisants à large spectre est largement considérée comme l’un des objectifs de la vaccination contre le VIH, et il s’agit de la première étape de ce processus. Les immunogènes testés dans IAVI G002 ont été développés par IAVI et Scripps Research et ils sont fournis par la technologie ARNm de Moderna.

Début décembre 2021, un groupe de chercheurs dirigé par Peng Zhang du National Institute of Allergy and Infectious Diseases aux Etats-Unis a rapporté un essai réussi sur un modèle animal. Dans cette étude, les macaques vaccinés avaient 79% de risques en moins d’être infectés par le virus SHIV. 

Biontech, le concurrent de Moderna se penche également sur le développement d’un vaccin contre le VIH. En septembre 2019 déjà, Biontech s’est associé à la Fondation Bill & Melinda Gates pour développer des vaccins contre le VIH et la tuberculose.

David Haerry / Février 2022

Autres sujets

Risque plus élevé de percées vaccinales chez les personnes vivant avec le VIH

Une grande étude américaine[1] confirme que l’infection par COVID-19 est rare chez les personnes entièrement vaccinées, quel que soit leur statut sérologique. Mais l’analyse montre aussi, de manière surprenante, que les personnes séropositives entièrement vaccinées ont environ 40 % de chances en plus d’avoir une percée que les personnes séronégatives. Le nombre de CD4 ou la suppression virale ne semblent pas jouer de rôle.

Weiterlesen »