Fort, out & bruyant : Les personnes vivant avec le VIH sont très visibles à Brisbane

Brisbane, AUS, juillet 2023 : Cela saute aux yeux – les personnes vivant avec le VIH sont incroyablement visibles à cette conférence. Dans les sessions, sur scène, en tant que présentateurs et orateurs. L’auteur n’a jamais vu une présence aussi forte et convaincante. Un entretien avec le président de la NAPWHA, Scott Harlum.

La National Association of People With HIV Australia NAPHWA est la principale organisation non gouvernementale australienne, qui chapeaute les groupes régionaux de personnes vivant avec le VIH dans toute l’Australie.

Le président de la NAPHWA, Scott Harlum, vit avec le VIH depuis huit ans et souffre d’une grave maladie rénale depuis son adolescence. Scott est un ancien journaliste et directeur de marketing dans une multinationale agricole. Il a été actif dans la politique de santé du gouvernement du Queensland, ancien directeur de la politique de santé du « Consumers’ Health Forum of Australia » et responsable de la communication dans une grande organisation à but non lucratif en Nouvelle-Galles du Sud.

Scott, pourquoi êtes-vous si puissants ?

La « réponse au VIH/sida » australienne est heureuse de nous avoir. Depuis de nombreuses années, notre gouvernement adopte une approche de partenariat qui implique explicitement tous les acteurs. C’est-à-dire : les organisations de prévention, les personnes vivant avec le VIH, le corps médical et la recherche, et aussi l’industrie pharmaceutique. Les représentants séropositifs sont en principe présents partout. Il y a de nombreuses années, nous nous sommes émancipés des organisations classiques d’aide aux personnes atteintes du VIH/sida, car nous avons un autre objectif. Aujourd’hui, cette démarche serait difficile à réaliser, car les personnes séropositives se portent désormais beaucoup mieux. L’accès au traitement ne pose aucun problème, les médicaments sont bien tolérés et nous menons une vie tout à fait normale. Cela n’a pas toujours été le cas.

Quelles sont vos grandes préoccupations ?

L’Australie pourrait être le premier pays au monde à réussir à atteindre les objectifs d’élimination du VIH de l’OMS et de l’ONUSIDA. Nous sommes vraiment sur la bonne voie, car tous les acteurs collaborent efficacement. Cependant, nous sommes préoccupés par le fait que l’on déclare ensuite que le problème soit résolu et réglé. Mais nous devons continuer à nous engager pour les personnes vivant avec le VIH – elles ne vont pas simplement disparaître. Nous ne devons pas oublier : L’épidémie de VIH aura encore de longues répercussions. Nous sommes bien sûr très engagés dans la réalisation des objectifs d’élimination, mais nous sommes préoccupés par ce qui suivra.

L’Australie avait déployé la PrEP très rapidement et enregistré par la suite une baisse impressionnante des nouvelles infections. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Oui, c’est effectivement le cas, et nous sommes très fiers de ce succès. Chez nous, la majorité des personnes touchées par le VIH sont des hommes gays, et la PrEP a eu un impact puissant sur eux. Mais les infections continuent d’augmenter chez les hommes hétérosexuels, les femmes, les aborigènes et les Australiens nés à l’étranger. Si nous regardons les chiffres épidémiologiques de 2022, il y a même un recul général. Nous soupçonnons un effet post-Covid – les gens ne sont pas allés se faire dépister, les centres de dépistage étaient fermés, c’était un état d’urgence. Nous devons maintenant attendre les chiffres de 2023. Si la tendance s’inverse à nouveau, nous pourrons être soulagés. Si ce n’est pas le cas, nous devrons adapter notre stratégie de prévention et surtout en faire plus pour les groupes précédemment cités. La PrEP actuelle ne fonctionne pas partout.

Scott, merci beaucoup pour cet entretien !

David Haerry / Brisbane, 25. Juli 2023

Autres sujets

Rapport Swiss Hepatitis Symposium 2022 : Viral Hepatitis and Migration

Les migrants et leur santé ne nous préoccupent pas seulement depuis la guerre en Ukraine. Environ un quart de la population suisse est née à l’étranger. Qu’est-ce que cela signifie pour les soins de santé en ce qui concerne l’hépatite virale et d’autres maladies infectieuses ? C’est sur ces questions que se sont penchés les intervenants du Swiss Hepatitis Symposium de cette année.

Weiterlesen »

Risque plus élevé de percées vaccinales chez les personnes vivant avec le VIH

Une grande étude américaine[1] confirme que l’infection par COVID-19 est rare chez les personnes entièrement vaccinées, quel que soit leur statut sérologique. Mais l’analyse montre aussi, de manière surprenante, que les personnes séropositives entièrement vaccinées ont environ 40 % de chances en plus d’avoir une percée que les personnes séronégatives. Le nombre de CD4 ou la suppression virale ne semblent pas jouer de rôle.

Weiterlesen »