Décès de David Stuart, pionnier du chemsex

David Stuart de Londres est décédé de manière inattendue le 12 janvier, apparemment d’un arrêt cardiaque. David était un activiste et pionnier infatigable qui s’est battu sans relâche pour aider les hommes gays à gérer leur dépendance de drogues.

DS1

David Stuart (à droite) 2019 à Lausanne, avec Isabel Cobos Manuel et David Jackson-Perry, Source : Instagram

Depuis huit ans, il travaillait pour le service ambulatoire spécialisé dans la santé sexuelle « 56 Dean Street » dans le quartier londonien de Soho. Pendant cette période, David Stuart a travaillé comme conseiller et thérapeute pour des milliers d’hommes gays qui luttaient avec eux-mêmes, le chemsex et la dépendance. Il a développé les premiers services de soutien au monde pour le chemsex et a voyagé sans relâche pour aider les autres à développer de nouvelles stratégies efficaces pour le chemsex et la prévention du VIH. C’est pour cela qu’il est aussi venu en Suisse, où nous avons appris à le connaître et à l’apprécier.

Toujours impitoyablement franc avec lui-même, il était capable comme personne d’attirer les gens et de les convaincre. Sur son site Internet, il se décrit en ces termes :

« On m’associe surtout au phénomène culturel connu sous le nom de chemsex. C’est probablement juste, et approprié ; on m’attribue le mérite d’être la personne qui a inventé le terme « chemsex » (ce qui pourrait bien être vrai ; je me souviens d’avoir inventé le mot – mais j’étais très défoncé à l’époque). Peu après cette défonce particulière (qui a duré une dizaine d’années), je me suis retrouvé sobre, avec un casier judiciaire pour trafic de drogue, une accumulation considérable de traumatismes, et avec un feu dans le ventre qui m’a poussé à sensibiliser les gens au chemsex ; mais le feu dans mon ventre était plus grand, plus large que le chemsex, et il m’a conduit sur plusieurs chemins. »

Son site web est une source précieuse et une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent au chemsex et à la prévention du VIH. David, tu nous manques !

DS2

David Stuart (à droite) avec Matthias Cavassini, 2019 à Lausanne

David Haerry / Février 2022

Autres sujets

Nouvelle campagne #RespectMyHIV à l’EACS

Encore aujourd’hui, certaines parties de la société ont une attitude négative à l’égard des personnes séropositives. Ils se voient attribuer des étiquettes sociales qui les stigmatisent, ce qui entraîne à son tour une discrimination en raison de leur séropositivité.

Weiterlesen »