Organisation – 18 janvier 2014

Rapport d’activité du Conseil Positif Suisse de juillet 2013 à juin 2014

Au cours des 12 derniers mois, le Conseil Positif (CP) a pu continuer d’étendre son réseau et de renforcer ses activités. Le nombre de membres a pu être augmenté, passant ainsi 17 membres. En 2013, un nombre impressionnant de 660 heures de travail bénévole a été accompli. Le CP a défini sa stratégie pour les années à venir, lors d’une retraite.

Durant la dernière période d’activité, le Conseil Positif a aussi été très actif au sein de différents organes et commissions et s’est ainsi engagé en faveur des intérêts des personnes atteintes du VIH.

Activité opérationnelle et formation continue
Le Conseil Positif a accompli, dans une certaine limite, des activités opérationnelles : Romy Mathys, membre du Conseil Positif, travaille intensément à son projet « Art-Assessment auprès des migrantes et migrants ». La phase pilote du projet a pu être achevée avec succès. Un rapport intermédiaire est disponible. En raison des expériences réalisées lors de la phase pilote, la suite des opérations sera quelque peu adaptée. Un membre a donné un cours EVIVO pour les personnes atteintes du VIH. Celui-ci se composait de 6 modules de 2,5 heures et devait permettre aux membres de mieux vivre et mieux gérer leur infection VIH.

Retraite : rétrospective et perspective
Après trois ans d’activité, il était temps de jeter un regard en arrière afin de vérifier si les objectifs formulés lors de la fondation du Conseil ont été atteints et de fixer les objectifs pour les trois années à venir. Cela a été fait lors du week-end de retraite début février.

L’événement a été animé par le très compétent Peter Lack. Les membres ont pu y constater que le cap emprunté est le bon et que beaucoup de choses ont été réalisées. Le noyau des membres fixes a pu être consolidé et de bons experts nous ont rejoints. Beaucoup de choses ont été accomplies, avant tout en lien avec le réseautage et la représentation des personnes atteintes du VIH. Le Conseil Positif est considéré par beaucoup d’acteurs comme un partenaire précieux et fiable capable de garantir le principe GIPA dans de nombreux projets et une instance apportant la compétence de ses experts.

Toutefois, il est aussi apparu clairement où il faut encore agir. Il est ainsi ressorti de discussions et d’un sondage préalablement réalisé auprès des bailleurs de fonds que les partenaires et sponsors ont envers le CP des attentes que le CP ne veut et ne peut réaliser. Par exemple la représentation totale de toutes les personnes atteintes du VIH en Suisse. Ou une activité opérationnelle intensive. Toutes deux n’ont jamais fait partie des objectifs du Conseil Positif Suisse : nous nous considérons comme un organe d’experts qui repose principalement sur du travail bénévole. À ce propos, le CP doit à l’avenir mieux communiquer vis-à-vis de ses partenaires.

Lors de la retraite il a également été décidé que le CP peut et veut accomplir des activités opérationnelles dans une certaine limite. Les instruments et processus pour l’assurance qualité et la direction de projets doivent pour ce faire être encore développés. De plus, le CP sera encore plus actif dans le domaine de l’hépatite C (VHC) et prévoit de consolider la représentation des patients.

Rapport actuel 
Taetigkeitsbericht_2013-14_F.pdf

Rapports d’activités des années précédentes 
Taetigkeitsbericht_2012-13_F.pdf 
Taetigkeitsbericht_2011-12_F.pdf 
Taetigkeitsbericht_2010-11_F.pdf