Thérapie – 17 juin 2020

Bloqués pendant la pandémie de coronavirus - les personnes atteintes du VIH

La pandémie du nouveau coronavirus a eu un impact majeur sur la vie de la plupart des gens ces derniers mois. Lorsque les différents États ont réagi à l'apparition du virus, un grand nombre de personnes se trouvaient à l'étranger et ne pouvaient pas rentrer chez elles à temps avant la fermeture des frontières. Certains États ont lancé des opérations de rapatriement. Mais malheureusement, la plupart des pays, y compris les pays d'Europe centrale et orientale, n'ont pas ramené leurs citoyens.

Parmi les personnes bloquées, il y a beaucoup de personnes vivant avec le VIH qui n'avaient pas assez de médicaments avec elles. Les touristes et les travailleurs migrants séropositifs ont ainsi été mis dans des situations difficiles.

Les travailleurs migrants continuent souvent à recevoir un traitement du pays de leur origine. Beaucoup d'entre eux craignant que leur employeur ou les autorités n'apprennent l'infection par le VIH et qu'ils ne perdent leur emploi ou ne soient expulsés. Bien que cette crainte soit injustifiée dans la plupart des pays européens, elle prévaut chez les migrants en raison de l'ignorance.

Bien entendu, personne ne pouvait prévoir une fermeture aussi complète et aussi longue des frontières. Pour beaucoup, l'approvisionnement en médicaments s'est épuisé alors qu'ils étaient bloqués à l'étranger sans la thérapie vitale. À la mi-mars, Life4me+ a donc lancé un projet visant à fournir aux personnes séropositives à l'étranger des médicaments contre le VIH. Grâce à l'excellent réseautage, en particulier via les médias sociaux et l'application Life4me, les personnes bloquées ont pu s'annoncer rapidement. Par l'intermédiaire d'Internet, ils peuvent également entrer en contact avec des services d'aide ou des médecins.

Dans les trois mois qui ont précédé la mi-juin, plus de 200 personnes se sont tournées vers Life4me+. La plupart d'entre eux étaient des personnes séropositives originaires d'Europe orientale, d'Asie centrale et des Balkans. La moitié des personnes touchées étaient bloquées dans leurs endroits préférés: Thaïlande, Indonésie, Espagne, Sri Lanka, etc. L'autre moitié était constituée de travailleurs migrants, tous en Europe.

Étonnamment, il s'est avéré plus facile de trouver des médicaments contre le VIH pour les personnes isolées en Asie ou en Afrique que dans les pays de l'UE. Dans la plupart des pays en développement, il existe une structure pour aider les personnes séropositives dans les situations difficiles. Dans les pays de l'UE, cependant, tout est très réglementé et, sans assurance, il est très difficile d'obtenir une aide médicale. ONUSIDA fonctionne également bien dans les pays tiers, ce qui a été très utile aux personnes concernées.

Dans certains pays, les personnes séropositives bloquées ont dû payer pour leur thérapie, par exemple en Thaïlande. Mais avec des prix de 100 à 200 dollars US par mois, cela était faisable pour la plupart des touristes coincés. Dans de très nombreux cas, Life4me+ a pu fournir les médicaments gratuitement. Le seul pays où elle n'a pas réussi et où les gens ne pouvaient pas être aidés est les Émirats arabes unis (EAU). Dans l'Oman voisin, en revanche, l'aide a été facilement trouvée. Parmi ceux qui ont demandé de l'aide, un quart se trouvait en Russie. Ici, l'organisation partenaire ITPCru a activement aidé.

Dans les pays de l'UE, la plupart des appels à l'aide des personnes en détresse provenaient de Pologne, suivie de l'Allemagne. En Pologne, l'État a aidé le premier mois en fournissant des médicaments, mais ensuite les réserves se sont épuisées et cette possibilité a cessé d'exister.

Plus de 90% de toutes les personnes bloquées en Pologne - et la majorité dans de nombreux autres pays de l'UE - sont des travailleurs migrants. La plupart d'entre eux travaillent légalement dans le pays d'accueil et paient leurs impôts et taxes. Néanmoins, beaucoup d'entre eux ont peur de faire une demande officielle pour ces médicaments. Parfois, des parents ou des amis leur ont envoyé les médicaments directement depuis leur pays d'origine, ou ils sont allés les chercher eux-mêmes. Grâce à une éducation et une information appropriées, les assurés ont pu recevoir officiellement leurs médicaments par l'intermédiaire de leur compagnie d'assurance maladie. Malheureusement, il y a aussi eu des cas où des personnes n'ont pas eu d'assurance: certains parce qu'elles sont employées illégalement, d'autres parce que les employeurs n'ont pas souscrit d'assurance et payé les cotisations de sécurité sociale à leur insu. Ces personnes ont été soutenues individuellement.

Des organisations partenaires dans le monde entier et aussi des médecins ont apporté leur aide en apportant leur soutien. Les médecins, en particulier, ont fait preuve à maintes reprises d'une incroyable solidarité avec les personnes en détresse. Dans près de 95% des cas en Europe, ce sont les médecins (souvent par l'intermédiaire de l'EACS) qui ont aidé et trouvé les moyens de faire parvenir leurs médicaments aux personnes en situation difficile. La Croix-Rouge a été utile en Espagne et en Thaïlande, mais complètement inutile en Allemagne - au lieu de pilules, il n'offrait que des pulls. Nous avons dû chercher des solutions individuelles avec beaucoup d'efforts et d'improvisation.

Pendant le premier et le deuxième mois de quarantaine, Life4me+ a pu aider tout le monde. Mais les frontières avec les pays tiers sont toujours fermées, et ceux qui ont déjà bénéficié d'un soutien ont dû demander une deuxième fois de l'aide: la deuxième vague est arrivée. Après de longues négociations, l'OMS a fait don de médicaments aux personnes en détresse dans l'UE.

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les déficits d'approvisionnement de nombreux pays, y compris des pays européens. Aucun État n'était préparé à de telles fermetures continues des frontières. Pour l'avenir, tous les gouvernements et les organisations mondiales doivent tirer des conclusions afin d'organiser leur travail de manière à ce que les personnes atteintes de maladies chroniques puissent toujours obtenir leurs médicaments, même dans une situation aussi difficile.

 

Alex Schneider / Juin 2020