Thérapie – 17 juin 2020

Le sexe à l'époque de Corona et la réglementation de la vie pratique

Gay ou hétéro ou autre - pour une fois, le virus ne se souciait pas vraiment de l'orientation sexuelle. Ceux qui ne sont pas abstinents ou qui vivent dans une relation ferme et monogame ont des semaines difficiles derrière eux, et peut-être même des semaines encore plus difficiles à venir, parce que le SRAS-CoV-2 est là pour rester. Cependant, les mesures fédérales ne restreignent pas seulement les personnes sexuellement actives, mais aussi toute notre interaction sociale et en particulier nos seniors.

Que pouvons-nous encore faire avec des personnes qui nous sont proches, avec la grand-mère ou lors d'un rendez-vous sexuel? Un spectre de risques inhabituellement large, une avalanche d'informations sur toutes les chaînes avec des nouvelles quotidiennes changeantes ont submergé de nombreuses personnes. Les besoins et les priorités ont quelque peu changé pour certains. Les applications de rencontres sont toujours très populaires, mais certaines personnes attendent un peu plus longtemps avant de se rencontrer, laissent le temps au chat ou préfèrent le cercle d'amis existant au lieu d'explorer un territoire inconnu pour les contacts sexuels.

Distanciation sociale dans le sex club?
Entre-temps, les bars et les restaurants sont à nouveau ouverts, ainsi que les maisons closes et les sex clubs - nous remercions l'Association Suisse du SIDA pour son engagement courageux. Mais il y a des choses comme «Accès uniquement avec indication d'une possibilité de contact» et «Garder une distance de 2 mètres - si possible 15 minutes maximum au même endroit» - qui devraient suffire à libérer trois mois de congestion émotionnelle? Finalement, il a été reconnu qu'à long terme, une marge de manœuvre est nécessaire, c'est pourquoi - un peu désespérément - un appel à la responsabilité personnelle est lancé pour finalement laisser les gens tout de même seuls dans la confusion des informations. La devise, c'est de se serrer les coudes.

Pendant ce temps, il y a des manifestations dans les rues pour telle ou telle raison, au mépris évident de certaines règles du COVID, mais dans le restaurant et le sauna où nous voulons être à l'aise, les agents de sécurité veillent à l'application stricte des règles officielles. Est-ce que cela va fonctionner à long terme, est-ce crédible?

Sur le Dr Gay, des modérateurs motivés tentent courageusement de communiquer les règles de distance et les stratégies de protection pour un risque zéro. Nous ne voulons pas critiquer durement - c'est bien intentionné et cela vient du cœur. Mais une certaine réflexion est permise - quarante ans de VIH ne nous ont-ils pas montré que les interdictions et de faire la moral ne fonctionnent pas?

Voulons-nous vraiment bombarder d'interdictions inhumaines tous les êtres sexuellement intéressés et les accabler de culpabilité et de mauvaise conscience? Ne serait-il pas utile de réfléchir à des stratégies de réduction des risques et de réunir les gens concernés autour d'une table?

La torture psychologique dans les maisons de retraite
Nous avons échoué lamentablement dans nos relations avec les personnes âgées. Le parrain à moitié dément de la maison de retraite ne comprend pas pourquoi soudain plus personne ne lui rend visite. Le manque d'affection est une torture psychologique. Dans certains foyers, où les personnes touchées étaient nombreuses, d'horribles scènes ont eu lieu. Ces personnes devront se battre avec ces images encore pendant longtemps.

En crise, les autorités ont besoin de la société
Heureusement, les pandémies ne sont pas fréquentes, mais régulières. Le monde est devenu plus petit. Le SRAS-CoV-1 a pu être combattu au niveau régional il y a 18 ans et maintenu sous contrôle. Le développement économique et social nous a rendus plus vulnérables - nous devrons nous y adapter, nous ne pouvons pas rebrousser chemin. La Task Force COVID Suisse, qui a été convoquée trop tard, a fait un excellent travail – là où elle a été écoutée. Avec les masques, ça ne fonctionne pas correctement, mais la cause en est une communication officielle défaillante et non en raison de la science. Georg Häsler l'a parfaitement résumé la semaine dernière dans la Neue Zürcher Zeitung : Le système suisse a révélé sans ménagement ses forces et ses faiblesses structurelles et humaines. Et il note: «Encore à ce jour, le Conseil fédéral a l'air moins souverain lorsqu'on parle de la vie pratique en Suisse.»

Nothing about us without us
Nous avons critiqué la composition de la task force. Il existe un groupe d'experts sous le titre «Ethics, legal, social» - les membres sont 5 experts scientifiques de l'ouest de la Sarine, dont certains que nous connaissons et apprécions. Nous avons finalement été invités à participer à une consultation, et nous les en remercions. 

Mais quarante ans de lutte contre le VIH et trente ans de travail sur les drogues nous ont appris autre chose: il faut que les personnes dont on parle soient à la table des négociations sur un pied d'égalité et en tant que partenaires à part entière. Très certainement, le Conseil fédéral apparaîtrait alors plus confiant en ce qui concerne la vie pratique en Suisse. Et cette coexistence pratique ne deviendra pas plus facile dans les deux ou trois prochaines années. Nous devons également faire face à cette réalité.

 

David Haerry / Juin 2020