Thérapie – 17 juin 2020

COVID-19 et les soins aux patients suisses atteints par le VIH

Dans de nombreux pays européens, la profession médicale dans les cliniques VIH a été gravement touchée par la crise du COVID-19. En Suisse aussi, les capacités ont dû être réduites et les rendez-vous prévus reportés. Nous nous sommes renseignés un peu.

Nous avons pris contact avec les principaux centres de Suisse et avons posé les questions suivantes:

1. Quelles mesures avez-vous prises?

2. Comment les patients ont-ils réagi?

3. Où en êtes-vous aujourd'hui, la situation est-elle revenue à la normale?

4. Y a-t-il des leçons à tirer pour l'avenir?

 

Bâle, Hôpital universitaire, Dr. med. Marcel Stöckle

1. La consultation sur le VIH a été fermée sur ordre du Conseil fédéral et nous avons dû reporter tous les rendez-vous d'environ trois mois. Cependant, nos patients ont reçu des rendez-vous d'urgence facilement. La distribution de médicaments s'est poursuivie sans interruption. Dans plusieurs cas, nous avons dû envoyer des médicaments aux patients par courrier - certaines personnes étaient bloquées à l'étranger. En outre, de nombreuses consultations téléphoniques ont été menées - les patients nous ont contactés de cette manière.

2. En général, les patients ont été très compréhensifs. Beaucoup étaient très préoccupés par la question de l'appartenance à un groupe à risque.

3. Nous avons pleinement repris les heures de consultation régulières depuis le 27 avril 2020. Toutefois, les heures de consultation sont très rapprochées, car il y a beaucoup de consultations en retard.

4. Les changements se dérouleraient certainement plus facilement à l'avenir. Mais je ne pense pas que nous pourrions ou voudrions faire plus différemment.

 

Berne, Inselspital, Prof. Dr. med. Andri Rauch

1. Nous n'avons effectué que des contrôles médicalement indiqués qui ne pouvaient pas être reportés. Nous avons contacté tous les patients par téléphone avant un rendez-vous et les avons informés des mesures d'hygiène. Dans la mesure du possible, nous avons procédé à des consultations de substitution par téléphone. Les médicaments antirétroviraux ont été envoyés par courrier.

2. D'après mon expérience, les résultats ont été positifs tout au long du processus; les gens ont fait preuve de beaucoup de compréhension.

3. Oui, l'opération se déroule à nouveau normalement. Ce qui reste naturel, ce sont les mesures d'hygiène: masques, désinfection des mains et pas de poignée de main

4. Oui, nous avons appris certaines choses, par exemple que certaines choses peuvent être faites par téléphone, mais pas tout. Une bonne communication et des informations opportunes sont des conditions de base.

 

Genève, Hôpital universitaire, Prof. Dr. med. Alexandra Calmy
Commentaire: Les réponses de Genève ne seront pas données dans la structure prévue. La clinique nous a fourni un projet de publication sur les questions posées.

1. L'Hôpital Universitaire de Genève était exclusivement réservé aux patients COVID-19 pendant la situation de crise. Cela a entraîné une énorme pénurie de personnel. En outre, certains employés appartenaient à des groupes à risque et restaient donc à la maison. Des employés récemment retraités ont été utilisés pour renforcer l'équipe. Notre principale préoccupation était de garantir la sécurité des soins aux personnes atteintes du VIH - les patients doivent disposer de suffisamment de médicaments et les consultations cliniques doivent avoir lieu.

Le conseil en matière de dépistage du VIH et le dépistage du VIH pour les personnes asymptomatiques ne présentant pas de risque d'infection ont été temporairement suspendus. Cependant, ces services étaient toujours disponibles dans le centre ville. Les services de conseil par téléphone ont été poursuivis en coopération avec les partenaires locaux. Le cas échéant, les personnes concernées ont eu la possibilité de recevoir une consultation.

L'approvisionnement en médicaments devait être assuré pour les patients atteints du VIH et les consommateurs de PrEP. Toutes les personnes concernées devaient être soignées pendant au moins trois mois. Pour les patients dont l'offre était trop faible, une livraison supplémentaire était organisée dans la semaine qui suivait. Les médicaments étaient soit livrés directement au domicile des patients, soit nous avons envoyé une ordonnance à la pharmacie la plus proche.

La situation des patients bloqués et qui ne pouvaient plus rentrer chez eux était difficile. Une ordonnance avec une affectation à une pharmacie locale a été envoyée à ces patients par courrier électronique.
Les examens de routine et de laboratoire habituels de nos patients séropositifs ont été reportés, en particulier pour les patients de plus de 65 ans, et des soins de télé-médecine ont été proposés dans la mesure du possible. Tous les patients existants ont été systématiquement contactés. Lors de ces contacts, les patients ont également été sensibilisés aux craintes éventuelles liées à la crise du COVID-19.

Grâce à notre approche, aucune consultation n'a dû être annulée. Lorsque nous avons contacté les patients, certains d'entre eux nous ont dit qu'ils avaient essayé d'allonger leur traitement afin de ne pas se retrouver soudainement sans thérapie. C'est pourquoi nous avons pris l'initiative de fournir des fournitures supplémentaires aux patients lorsque cela était nécessaire.
Lors des contrôles de routine, nous avons constaté que pendant la crise de la corona, 60% de patients supplémentaires avaient une charge virale détectable de plus de 50 copies.

4. Nous avons démontré que le continuum de soins du VIH peut être assuré si des solutions bien pensées sont mises en œuvre. L'utilisation combinée de la télémédecine, l'examen systématique des résultats de l'ARN du VIH et la garantie de l'approvisionnement en médicaments par des livraisons à domicile sont les mesures les plus importantes que nous avons prises à Genève. Une analyse et un ajustement minutieux des services de soins sont essentiels pour garantir la sécurité de l'approvisionnement en médicaments et des soins.

 

Lausanne, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Prof. Dr. med. Matthias Cavassini

1. Sur ordre de la direction générale, tous les rendez-vous médicaux et prises de sang non indispensables planifiés entre le 10 mars et le 30 avril ont du être déplacés à début mai. Les suivis de tous nos patients VIH ont été concernés par cette mesure.

2. Presque tous nos patients ont été compréhensifs. Souvent, ils avaient peur de venir au CHUV et étaient donc soulagés par le report des rendez-vous.

3. Oui et non. On reçoit tout le monde maintenant, donc nous souffrons d’une grosse surcharge de travail sur les mois de mai et juin 2020.

4. Nous avons appris que c’est possible d’espacer les rendez-vous si nécessaire. En ce qui concerne les conséquences à long-terme, il est trop tôt pour le dire. Je pense qu’il serait déjà intéressant de voir à court terme – s’il y a eu des rebonds de virémie, et des arrêts de traitement par exemple.

 

Lugano, Prof. Dr. med. Enos Bernasconi

1. Nous avons diffusé des informations sur le COVID-19 dans tous les medias. Les contrôles régulières ont été reportées de deux à trois mois. Des consultations urgentes étaient toutefois possibles. Certaines consultations ont été faites par téléphone.

2. Nous n’avons pas eu de problèmes majeurs. Nous avons pu rassurer les patients sur le fait que, selon les connaissances actuelles, une infection par le SRAS-CoV-2 n'est pas particulièrement menaçante pour les personnes atteintes du VIH, mais que les facteurs de risque sont les mêmes que pour la population normale.

3. Depuis le 11 mai, nos operations se sont normalisées. Cependant, nous limitons le nombre de patients par jour afin de maintenir le nombre de personnes dans la salle d'attente aussi bas que possible.

4. Il est pour l'instant trop tôt pour répondre à cette question.

 

Zurich, Hôpital universitaire, PD Dr. med. Dominique Braun

1. Nous avons introduit des masques obligatoires à l'entrée de l'hôpital. Lors de l'inscription à la réception, nous questionnons sur d'éventuels symptômes. Nous avons introduit une consultation spéciale COVID-19 pour la prise de prélèvements et pour les contrôles de suivi. Dans des cas individuels et si cela est médicalement justifiable, les contrôles trimestriels des patients atteints du VIH ont été étendus à des intervalles de six mois.

2. Pour autant que je sache, les patients ont été compréhensifs. Il y a eu des plaintes individuelles en raison des délais d'attente plus longs à l'entrée principale, puisque des contrôles y sont effectués et que l'admission n'est accordée qu'aux personnes ayant pris rendez-vous.

3. Oui, nous sommes presque revenus à la normale. Toutefois, l'obligation de porter un masque universel (masque chirurgical) s'applique toujours à tous et à l'ensemble du campus de l'USZ. En outre, tous les patients hospitalisés ainsi que les patients ambulatoires des services de chirurgie et d'oncologie sont soumis à un dépistage du Sars-CoV-2 par PCR.

4. Les processus ont été établis et pourraient être rapidement réactivés.

 

David Haerry / Juin 2020

 

Checkpoints

Bern, Alain Poussot, gestion de projet Checkpoint

1. Le checkpoint de Berne a repris les mesures de Aids Bernoise contre le sida.

2. Pendant la situation extraordinaire, nous n'étions autorisés à accepter que les urgencies. Les clients nous ont contactés au préalable par téléphone. Il n'est pas possible d'évaluer la réaction des clients.

3. Nous sommes passés à la réservation en ligne et nos services sont très demandés.

4. Nos devons faire attention et planifier les commandes de matériel médical bien à l'avance.

 

Zurich

Pour la protection des employés et des clients, Checkpoint Zurich est passé à une opération avec prises de rendez-vous obligatoire. Les dates peuvent être réservées en ligne. Pour les urgences consécutives à des contacts à risque, le Checkpoint de Zurich était accessible.

Une vidéo amusante a été réalisée à cette occasion.


Planet Checkbase, the future of sexual health