SHCS – 31 mai 2018

Information SHCS: Les médicaments anti-VIH et le risque de fractures des os dans une grande étude d’observation.

Borges AH et al, Antiretrovirals, Fractures, and Osteonecrosis in a Large International HIV Cohort, Clinical Infectious Diseases, 2017 May 15;64(10):1413-1421. doi: 10.1093/cid/cix167

Certains médicaments anti-VIH ont une influence négative sur le métabolisme des os. Mais nous ne savons pas si ceci amène à d’avantage de fractures osseuses. Des chercheurs de plusieurs études de cohortes VIH européennes se sont penchés sur cette question et ont étudié les facteurs pouvant causer des fractures des os et des ostéonécroses chez les séropositifs. L’étude a montré que de tous les médicaments anti-VIH seule la substance Tenofovir Disoproxil Fumarate (TDF) augmente le risque de fracture des os. Nous résumons ici-bas les conséquences à tirer de cette conclusion. 11'820 personnes ont été inclus dans cette étude et observées pendant un total cumulé de 86'118 années. L’âge moyen des participants était de 41 ans, deux tiers étaient masculins, le nombre moyen de cellules CD4 était de 440 cellules par microlitre et 70% avaient une charge virale supprimée. Les chercheurs ont compté 610 fractures et 89 cas d’ostéonécrose chez les participants à l’étude. Les facteurs liés à un risque de fractures plus élevées étaient: l’âge avancé, le sous-poids, la consommation de drogue intraveineuse, un bas taux de cellules CD4, une coïnfection à hépatite C, une ostéonécrose ou une fracture préalable, des maladies cardiaques et un cancer récemment diagnostiqué.

Les participants à l’étude sous traitement de Tenofovir Disoproxil Fumarate (TDF) avaient un risque de fractures 50% plus élevé que les personnes sans TDF. De même, le risque était légèrement augmenté si une personne avait été sous thérapie TDF dans le passé. Les autres médicaments anti-VIH n’augmentaient pas le risque de fractures ou d’ostéonécrose.

En résumé, l’étude montre que les modifications du métabolisme des os chez les séropositifs favorisent les fractures et l’ostéonécrose. Les facteurs de risque de fractures chez les séropositifs sont multiples et comportent des facteurs génétiques, des facteurs liés au VIH et à d’autres comorbidités. Etant donné que la substance TDF augmente le risque de fractures chez les séropositifs, il faudrait être d’avantage réticent dans la prescription de cette substance. Il est conseillé de changer pour la substance de la génération suivante Tenofovir Alafenamide Fumarate (TAF) car au jour d’aujourd’hui les effets secondaires du TDF n’ont pas été décrits sous TAF. En conséquence, les médecins des patients sous traitement avec Truvada® devraient envisager un changement pour le médicament Descovy®.


Commentaire Conseil Positif

David Haerry

Les données relatives aux femmes et aux hommes d’âge avancé vivant avec le VIH sont particulièrement intéressantes. La plupart d'eux ont depuis changé de traitement. Pour ceux dont ce n’est pas le cas, cela devrait être discuté avec le médecin - les résultats n’étant pas des plus récents.