Divers – 30 novembre 2020

La COVID-19 a-t-elle provoqué des dommages collatéraux dans le traitement du VIH en Suisse ?

La deuxième vague de la pandémie de SRAS-CoV-2 tient la Suisse en échec. La médecine des soins intensifs dans les cliniques d'infection des hôpitaux suisses fonctionnent en mode de crise. Nous avons de premières indications que le suivi médical des patients suisses atteints du VIH est affecté dans certains centres suisses. À Genève, par exemple, on entend dire qu'en raison de la surcharge du laboratoire, aucune modification de la thérapie n'est possible. Une enquête est actuellement en cours dans le cadre de l'étude de cohorte sur le VIH - nous espérons avoir bientôt une meilleure vue d'ensemble.

Nous ne voulons pas paniquer ici. Néanmoins, nous recommandons à tous les patients suisses atteints du VIH de conserver un stock suffisant de médicaments et de contacter la clinique à temps si une ordonnance est périmée ou si les stocks sont insuffisants. Et très important : si vous ne vous sentez pas bien, si vous avez besoin d'aide, de soutien ou d'une conversation - n'attendez pas trop longtemps, demandez rapidement l'aide de psychologues et de soignants ! 

 

David Haerry / Novembre 2020