Divers – 30 novembre 2020

Newsletter POSITIF 9/2020

EDITORIAL

Nous répondons une dernière fois cette année par un bulletin d'information sur la Journée mondiale du sida. Nous vous recommandons tout particulièrement notre conversation avec David Jackson-Perry du CHUV à Lausanne. L'expert en santé sexuelle est à la Clinique universitaire de Lausanne depuis plusieurs mois, où il développe des projets qui devraient avoir un effet positif sur les patients qui y sont traités. À l'occasion de la Journée mondiale du sida, il a mis sur pied un intéressant séminaire en ligne sur de nombreuses questions relatives à la vie avec le VIH.

Cette année, l'Aide Suisse contre le sida a une nouvelle présidente - l'ancienne conseillère vaudoise du PS Géraldine Savary de Lausanne. Elle a écrit un message de salutation pour la Journée mondiale du sida.

Ensuite, nous avons abordé une question importante pour les femmes : la prophylaxie préexposition PrEP. Pour les hommes homosexuels, la PrEP a vraiment pris son envol, pour les femmes, c'est un peu compliqué - Angela Lagler nous éclaire sur le contexte et elle a également de nouvelles informations très intéressantes tirées de l'étude HPTN 084 en Afrique du Sud.

Alex Schneider fait état sur quelques bithérapies. Celles-ci sont désormais équivalentes aux trithérapies habituelles. Cela ouvre de nouvelles perspectives et réduit les coûts des thérapies.

Il y a deux jours, nous avons appris que le nombre de nouvelles infections par le VIH est inférieur d'un tiers par rapport à celles de l'année précédente, probablement dû à la pandémie COVID-19. Nous n'avons pas encore pleinement confiance en cette annonce et nous expliquons pourquoi.

Ensuite, nous présentons le UK Health Podcast de l'infirmière et militante écossaise Jackie Morton et nous nous référons à une étude récemment publiée, qui nous montre de façon dramatique les effets néfastes d'un diagnostic trop tardif du VIH. Quand plus de la moitié des diagnostics de VIH en Europe occidentale sont faits beaucoup trop tard, cela doit nous faire réfléchir.

L'année 2020 restera dans les mémoires comme une année difficile. Nous avions beaucoup à écrire - au lieu de cinq bulletins d'information, il y en avait neuf. Nous avons encore des mois d'hiver difficiles devant nous. Beaucoup de nos proches sont instables, irritables ou dans une situation professionnelle difficile. Le Coronavirus a toujours une ferme emprise sur nous et montre à quel point notre société est vulnérable. Quiconque a vécu les années 1980 en tant que patient séropositif peut avoir un "déjà vu", mais aujourd'hui tout se passe beaucoup plus vite. Au lieu de groupes dits "marginaux" comme à l'époque, COVID-19 frappe la société dans le cœur et l'âme. Les cinémas, les salles de concert, les stades de football sont fermés, les fêtes ne sont que des souvenirs, on ne peut pas voyager, on ne peut rien prévoir, et la possibilité de célébrer les fêtes en famille ou entre amis est imprévisible. Les artistes, le tourisme et l'aviation sont au bord de l'effondrement ou confrontés à une grande incertitude. Bien sûr, nous sommes déprimés, et comment. Parlons de notre situation et de ce que tout cela nous fait. Ce sera plus facile pour nous si nous partageons nos préoccupations avec les autres.

Ces derniers jours, des rapports ont fait état de grands résultats dans la recherche sur les vaccins. En même temps, il y a eu beaucoup de pleurnicheries en Suisse, car il est possible que la vaccination soit disponible en Allemagne plus rapidement qu'en Suisse. Ce n'est pas si grave que cela - il reste à voir si les vaccins vont vraiment tenir les promesses des communiqués de presse de l'industrie. Normalement, il faut dix ans pour développer un vaccin - avec la COVID-19, nous devrions pouvoir le faire en neuf mois ? Trois mois de données sur l'effet sur quelques dizaines de milliers de personnes - c'est très bien d'un point de vue technique, mais en réalité, c'est encore maigre et cela ne permet pas de tirer des conclusions fiables. Si nous obtenons les vaccins l'année prochaine, il s'agira toujours de recherche sur l'homme et non de vaccination de masse. Nous voyons de la lumière au bout du tunnel, mais nous avons surtout besoin d'une chose : beaucoup de patience.

Dans cette optique, nous souhaitons à chacun une journée mondiale du sida qui soit propice à la réflexion, beaucoup de sécurité et de chaleur pendant les fêtes de fin d'année et peut-être de nouvelles expériences avec des êtres humains qui dépendent de nous et qui ne vont pas si bien.

PDF Newsletter complète POSITIF 9/2020

S'abonner à Newsletter

 

David Haerry / Novembre 2020