Divers – 17 août 2020

Rebelote: un risque accru de décès dû au COVID-19 pour les personnes atteintes du VIH?

Deux études anglaises très récentes l'indiquent. Mais le risque accru est limité aux personnes atteintes du VIH et de comorbidités.

La première étude est une enquête sur le risque de décès par COVID-19, selon les certificats de décès1. Les auteurs indiquent que les personnes séropositives avaient 2,3 fois plus de risques de mourir de la COVID-19 que la population générale entre le 1er février et le 22 juin. L'étude semble confirmer les observations faites précédemment en Afrique du Sud - nous en avons parlé dans le dernier bulletin.

La deuxième étude, menée au Royaume-Uni, est une étude de cohorte prospective sur la mortalité des patients hospitalisés pour le COVID-192. Elle compare la mortalité des patients avec et sans VIH. Ici, le groupe de recherche autour d'Anna Maria Geretti a constaté que le risque de mortalité des personnes séropositives au COVID-19 dans la base de données est augmenté de 63%. La période d'observation de la deuxième étude est du 18 janvier au 18 juin.

Le principal problème des deux études: il n'y a pas tant de patients COVID-19 séropositifs au VIH - la Grande-Bretagne n'est pas l'Afrique du Sud. La première étude contient des données concernant 25 personnes séropositives décédées des suites de la maladie du COVID-19; la deuxième étude contient des données concernant 26 personnes. Beaucoup, mais pas tous, seraient les mêmes personnes. Selon la première étude, les personnes de couleur semblent être particulièrement touchées, mais dans la seconde étude, il n'y a aucune preuve de cela.

Quelle est l'importance de ces résultats?
Les deux études ensemble suggèrent que l'infection par le VIH serait, dans une certaine mesure, associée à un risque accru de mourir des symptômes du COVID-19. Elles ne voient qu'une seule issue: la mort. Il est important de souligner qu'aucune des deux études ne nous dit si les personnes séropositives sont plus à risque que les autres de contracter le SRAS-CoV-2, de développer des symptômes ou de devoir être hospitalisées. Il est important de comprendre comment ces deux études, qui ont probablement été menées sur des groupes de patients qui se chevauchent, sont arrivées à des conclusions différentes. Si les deux parties s'accordent à dire que le VIH augmente le risque de décès par COVID-19, l'estimation de sa contribution est plus de deux fois plus élevée dans la première étude que dans la deuxième étude.

La société britannique de spécialistes du VIH BHIVA publie dans une déclaration que les deux études sont préliminaires, non encore examinées, c'est-à-dire "de nouvelles recherches médicales qui doivent encore être évaluées et ne devraient donc pas être utilisées pour orienter la pratique clinique". BHIVA souligne également combien il est important de souligner que très peu de personnes séropositives qui n'avaient pas de comorbidités sont mortes du COVID-19.

Conclusion: il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives.

 

David Haerry / Août 2020

 

 

1. Bhaskaran K et al. HIV infection and COVID-19 death: population-based cohort analysis of UK primary care data and linked national death registrations within the OpenSAFELY platform. Pre-print, see https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.08.07.20169490v1.

2. Geretti AM et al. Outcomes of COVID-19 related hospitalisation among people with HIV in the ISARIC WHO clinical characterisation protocol UK protocol: prospective observational study. Pre-print, see https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.08.07.20170449v1.