Discrimination – 6 novembre 2020

La stigmatisation du VIH - également dans le système de santé suisse

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un cas que j'ai personnellement vécu (juillet 2020) dans une clinique suisse. Une opération sous anesthésie générale était prévue pour moi. Comme d'habitude, j'ai reçu un questionnaire préopératoire. Il y avait une colonne avec la question "Prenez vous régulièrement des médicaments ? Et si oui, lesquelles ?"

Je vis avec le VIH depuis longtemps et ma charge virale est inférieure à la limite de détection. Bien sûr, j'ai inscrit ma thérapie antirétrovirale dans le questionnaire, avec l'abréviation internationalement acceptée ARV. Quand l'anesthésiste et le chirurgien ont vu l'entrée, ils m'ont demandé ce que c'était. Je leur ai expliqué qu'il s'agit d'un médicament pour l'infection par le VIH. Ils m'ont alors demandé de leur apporter la preuve que ma charge virale est effectivement indétectable.

Je vous demande maintenant de répondre à deux questions : - Les patients séropositifs dans ces situations doivent-ils déclarer leur statut VIH, même s'ils ont une charge virale indétectable ? - Est-il discriminatoire pour les médecins de demander des preuves de la charge virale ?

La plupart d'entre vous ont probablement répondu "oui" à la première question : le statut VIH doit être révélé. Et c'est la bonne réponse. Même en tant qu'organisation à but non lucratif qui soutient les personnes séropositives, nous recommandons dans ce cas de divulguer le statut VIH et d'indiquer les médicaments ARV. Après tout, les opérations peuvent toujours comporter un risque de perte de conscience ou de coma. Dans ce cas, les médecins doivent savoir quels médicaments doivent continuer à être administrés aux patients. Cette information est également importante en raison des interactions possibles avec d'autres médicaments utilisés pendant ou après l'opération. Dans de nombreux autres cas, cependant, comme les visites chez le dentiste ou l'ophtalmologue, personne n'est obligé de révéler son statut VIH.

Venons-en maintenant à la deuxième question, un peu plus délicate. Beaucoup auront répondu qu'il ne s'agit pas d'un cas de discrimination, car les médecins doivent tout savoir sur les personnes qu'ils traitent - y compris leur charge virale. Pour se protéger et protéger l'équipe chirurgicale. Les médecins nous disent souvent qu'ils peuvent opérer avec plus de succès parce qu'ils se sentent plus en sécurité avec une charge virale indétectable.

Mais c'est une erreur. Et un cas évident de discrimination. Les professionnels de la santé, dans mon cas un chirurgien, doivent toujours se protéger. Parce qu'ils doivent toujours supposer que leurs patients peuvent être infectés par un agent pathogène quelconque. Après tout, je pourrais être séropositif, mais je ne le sais peut-être pas encore. Par conséquent, la question de la charge virale est discriminatoire à l'égard des personnes vivant avec le VIH. Car si je n'avais pas informé mes médecins de ma séropositivité, ils auraient, je l'espère, pratiqué l'opération en toute sécurité et sans problème également.

Alors pourquoi les médecins me demandent-ils de confirmer la charge virale ? Pourquoi devrais-je prouver que le VIH n'est pas détectable chez moi ? Comprenez-vous les sentiments que cela provoque chez les personnes séropositives ? En tout cas, j'ai eu le sentiment d'être traité très injustement. Comme si j'étais puni pour avoir été ouvert sur ma séropositivité. Comme si je préférais ne pas avoir d'opération du tout la prochaine fois.

Vous voyez donc : Il est important de se mettre à la place du patient. Si les médecins restent ouverts et comprennent mieux leurs patients, nous pouvons lutter ensemble contre la stigmatisation.

 

Alex Schneider / Octobre 2020