Discrimination – 30 mai 2018

17e Journées munichoises sur le sida et l’hépatite 2018

Les Münchner Aids- und Hepatitis-Tage 2018 – Journées munichoises sur le sida et l’hépatite – ont réuni, à Berlin, plus de 1'500 participants. Outre les dernières mises à jour concernant le VIH et l’hépatite B et C, l’édition berlinoise de 2018 a traité les thèmes de la PrEP, du ChemSex, des soins aux réfugiés, des mutilations génitales féminines (MGF), des discriminations et des nouvelles options thérapeutiques.

Mutilations génitales féminines
Le thème des mutilations génitales féminines (MGF) a bénéficié, à Berlin, d’une attention particulière, contrairement aux conférences sur le VIH qui le traitent habituellement en tant que seul facteur renforçant la vulnérabilité des adolescentes et des femmes face au risque de VIH et autres MST ou entraînant des complications médicales. La cérémonie d’ouverture s’est terminée par la remise du prix Annemarie-Madison à la jeune Massai Nice Nailantei Leng’ete qui, avec sa campagne «STOP FGM», a mené un combat couronné de succès contre les mutilations génitales féminines dans la population Massaï.

Nice grandit au Kenya, au pied du Kilimandjaro. Le rite Massaï de passage de l’adolescente à la femme consiste en une cérémonie de plusieurs jours, dont le moment clé est l’excision de la jeune fille. Les jeunes filles non excisées sont rejetées par leurs pairs et les jeunes Massaïs refusent de les épouser. Nice réalise qu’à l’école, toutes les jeunes filles ne sont pas excisées et parvient plusieurs fois à se soustraire au rituel. Elle commence à en parler autour d’elle, à exprimer son refus et à susciter ainsi des questionnements au sein de sa tribu. L’excision, outre un danger mortel pour les adolescentes, est extrêmement douloureuse et la plupart du temps officiellement interdit. Une fois excisées, les jeunes filles ne fréquentent plus l’école et sont mariées. Il faut deux ans d’efforts à Nice pour convaincre son grand-père, les anciens de la tribu et ses pairs des avantages qu’il y a à renoncer à l’excision. Elle initie la campagne «STOP FGM» en collaboration avec Amref Health Africa.

Force est malheureusement de constater que l’ensemble des scientifiques, chercheurs et professeurs les mieux dotés ont quitté la salle, faisant ainsi la preuve de leur désintérêt pour cette remise de prix et les MGF en général. Les Nations Unies estiment à 200 mio. le nombre d’adolescentes et de femmes excisées dans le monde. D’autres sources avancent même le chiffre d’une jeune fille sur trois. Le Kenya ainsi que cinq autres pays africains font de grands progrès dans la lutte contre l’excision. Mais ce combat contre les mutilations féminines ne progresse malgré tout que très lentement, ce qui rend d’autant plus urgent, pour les jeunes Africaines, de bénéficier du soutien d’activistes telles que Leng’ete.

Maladies psychiques liées à l’exil
L’exil comme cause de maladie a été le sujet traité par Tankred Stöbe de Médecins Sans Frontières. Face à l’inexistence, en Allemagne, d’une offre à bas seuil d’aide psychosociale à destination des migrantes et migrants, Médecins Sans Frontières a initié à Schweinfurt en 2017 un projet pilote. Ils ont pour ce faire collaboré avec des conseillers psychosociaux ayant eux-mêmes fui la Syrie ou d’autres régions en guerre.

Discrimination et stigmatisation, un thème récurrent
Les progrès médicaux en matière de VIH et les connaissances croissantes de personnes concernées forment un contraste frappant avec la méconnaissance de la population en général et, avec elle, des institutions et administrations gouvernementales. Jacob Hösl, avocat, décrit la discrimination résultant des préjugés graves dont font l’objet des personnes vivant avec le VIH dans le monde du travail et les réticences à côtoyer le VIH comme étant «purement et simplement irritantes au plus haut degré». Il cite pour exemple les institutions militaires et policières et leurs pratiques de stockage des données, visant à atteindre leur objectif absurde d’exclure de leur organisation toute personne vivant avec le VIH. Ce parti pris ferme aux personnes concernées la porte à nombre de métiers de ces domaines, une pratique, selon Hösl, inacceptable dans un état de droit moderne et éclairé.

Dans sa conférence intitulée «VIH et VHC – vraiment sous contrôle en 2030?», Jörg Gölz de Berlin a de nouveau passé en revue le contexte international. Il a fournit un éclairage critique des objectifs d’UNAIDS, de l’OMS et de PEPFAR d’une perspective politique, médicale et légale. Il arrive à la conclusion que 55 % des personnes concernés par le VIH vivent sous des régimes autoritaires qui punissent de prison homosexualité, prostitution et consommation de drogue et sont dotés de systèmes de santé pour le moins défaillants.

Très bien représentée, la Communauté parvient à faire entendre une voix critique. Un activiste s’est ainsi élevé contre une vidéo promotionnelle censée contribuer à la prévention du VHC, en mettant minutieusement en lumière tous ses contenus erronés, par exemple les dons du sang et pratiques hétérosexuelles présentées comme un risque pour les personnes souffrant du VHC. Les imposantes surfaces de stand des laboratoires pharmaceutiques, qui attiraient les visiteurs avec force café, boissons et snacks extravagants, côtoyaient les modestes stands d’information d’ONG telles que la Deutsche Aids-Hilfe (l'association allemande de lutte contre le SIDA) ou le réseau Frauen und Aids (Femmes et Sida). Le petit groupe «Projekt Information: les concernés informent les concernés», extrêmement bien informé, s’est démarqué: Siegfried Schwarze et Engelbert Zankl étaient eux-mêmes présents et toujours prêts à partager leurs connaissances sur le VIH et le VHC avec les personnes concernées.

 

Romy Mathys / Mai 2018

 

Télécharger la conférence: http://www.sv-veranstaltungen.de/event-downloads/maht-2018/ (mot de passe: 81820601)

Projekt Information e.V.: http://www.projektinfo.de/index.html ; édition mars/avril 2018: http://www.projektinfo.de/pdfs/PI182.pdf

Lutte contre les MGF: https://face2faceafrica.com/article/six-african-countries-made-significant-progress-fight-fgm/6

Spiegel 6/2018 à propos de Nice Leng’ete: https://magazin.spiegel.de/SP/2018/6/155599026/index.html