Discrimination – 24 août 2017

Femmes vivant avec le VIH: Nouvelles directives OMS 2017

Les prestations de santé qui, par principe, se basent sur l’égalité des sexes et les droits de l’homme et prennent en compte les besoins spécifiques aux femmes en matière de santé sexuelle et de reproduction, peuvent influer positivement sur la qualité de vie des femmes. Pour le garantir, l’OMS a publié, en collaboration avec UNAIDS et d’autres institutions des Nations Unies, de nouvelles directives sur la santé sexuelle des femmes qui vivent avec le VIH.

Une première directive de 2006 pour les femmes porteuses du VIH et leurs enfants a été entièrement révisée et publiée sous l’intitulé: «Directives consolidées sur les soins de santé sexuelle et reproductive pour les femmes vivant avec le VIH». Elles fournissent des recommandations étayées scientifiquement et mettent l’accent sur les systèmes de santé des pays disposant de ressources et capacités limitées. Elles présentent, en outre, les procédures ayant fait leurs preuves dans la pratique - ou ‘Best Practices’.

Selon les chiffres de l’OMS, 17.8 millions de femmes de plus de 15 ans vivaient avec le VIH en 2015 à travers le monde. La propagation du VIH est non seulement favorisée par les désavantages affectant les filles et les femmes, mais elle vient aussi renforcer ces désavantages. C’est pourquoi l’OMS fait de l’importance des droits de l’homme et de l’égalité des sexes un élément central de son approche, une préoccupation que l’on retrouve en détail dans nombre de recommandations et Best Practices. Les recommandations publiées par l’OMS en 2015 selon lesquelles toute personne testée positive au VIH doit bénéficier d’un traitement anti-VIH est maintenue. A présent, les femmes particulièrement exposées au risque du VIH doivent en outre avoir accès à la PreP (prophylaxie pré-exposition). Les directives s’adressent aux institutions et organisations de santé. Dans l’hypothèse de dépistage positif, elle s’articule autour de prestations dans les domaines suivants: soutien et conseil psychosocial, âge et sexualité saine, autonomisation économique et accès aux ressources (y compris ressources alimentaires), intégration d’offres spécifiques au VIH et de conseils relatifs à la sexualité et à la planification familiale, autonomisation et renforcement de l’efficacité personnelle pour une vie sexuelle et des décisions de procréation plus sûres, assurance pour les femmes de pouvoir parler de leur infection par le VIH sans devoir craindre de réaction violente, accompagnement mère-enfant avant, durant et après la naissance, de même qu’IVG (interruption volontaire de la grossesse) par voie médicamenteuse ou chirurgicale.

L’OMS favorise les actions visant à supprimer les barrières individuelles, sociales et sociétales qui empêchent les femmes de faire appel à un conseil et suivi médical spécialisé pour le VIH. Ce type de mesures devrait renforcer l’accès à ces services, de même que l’acceptation, l’égalité des sexes, la qualité, l’efficacité et enfin le rendement des prestations fournies par les centres de santé.

Les recommandations en termes de ‘coming-out’ visent à donner confiance aux femmes, notamment par l’explication détaillée des risques potentiels qui y sont liés. La césarienne n’est plus la méthode standard d’accouchement des femmes porteuses de VIH et l’IVG doit être rendue possible et sûre du point de vue médical pour chaque femme - indépendamment de leur statut VIH. Les nouvelles ‘Best Practices‘ traitent aussi du soutien psychosocial, par les pairs ou les groupes d’entraide, le droit des femmes à une vie sexuelle libre et épanouie, la sécurité alimentaire, et l’accès à un conseil sexuel et familial. Les femmes vivant avec le VIH doivent être plus largement impliquées dans l’élaboration et la mise en œuvre d’offres dans le domaine de la santé. Les directives de l’OMS soutiennent, en leur mettant à disposition les argumentaires adéquats, les professionnels dans le développement de solutions de santé complètes à destination des femmes vivant avec le VIH. Les nouvelles recommandations et Best Practices peuvent être consultées et facilement comprises dans l’Executive Summary de 12 pages.

            

Romy Mathys / août 2017