Discrimination – 1 décembre 2016

Déclaration concernant le secret professionnel par rapport au VIH

En Suisse, les personnes d’Afrique subsaharienne trouvent dans leur propre communauté un réseau social primordial, qui les soutient de multiples façons. La peur de se voir discriminé et stigmatisé au sein de sa propre communauté pour cause de VIH est en conséquence particulièrement forte. Nombreux sont ceux qui cachent leur infection VIH à leurs compatriotes et dépendent ainsi de la discrétion des professionnels, ceux par exemple gérant le droit d’asile ou les services sociaux. La «Déclaration concernant le secret professionnel» vise à mettre en évidence l’importance de respecter une stricte confidentialité en matière de VIH.

Le Conseil Positif a analysé, dans le cadre de son projet ‘Migration’, les problèmes liés au traitement anti-VIH des personnes issues d’Afrique subsaharienne et proposé des solutions. Nombre d’entre elles vivent dans l’angoisse de se voir discriminées et stigmatisées du fait de leur infection VIH. Le Conseil Positif a imaginé un outil simple comme possible solution: la «Déclaration concernant le secret professionnel». Elle a été conçue pour les professionnels qui, dans le cadre de leur métier, travaillent avec des personnes séropositives d’Afrique subsaharienne. L’objectif de cette déclaration est de sensibiliser ceux qui œuvrent, dans le domaine des soins, des services sociaux ou de l’asile, aux craintes spécifiques des personnes atteintes du VIH. L’infection au VIH et son traitement font partie des données personnelles particulièrement sensibles et sont en tant que telles soumis, en Suisse, au secret professionnel.

Chez les personnes séropositives venant d’Afrique subsaharienne, la crainte de se voir discriminées et stigmatisées par leurs propres compatriotes est particulièrement forte. Même une indication anodine de prise journalière de médicaments dans un centre d’asile peut être source d’une crainte importante, chez la personne concernée, de se voir identifié par ses compatriotes comme séropositif. De tels ‘lapsus’ surviennent régulièrement et ceux qu’ils concernent se retrouvent alors démunis et sans défense.

La déclaration concernant le secret professionnel est l’opportunité pour les professionnels ayant à faire au VIH de thématiser le secret professionnel en matière de VIH et d’identifier les éventuelles graves conséquences de son non-respect pour les personnes concernées. Le réseau des diasporas existant est d’autant plus important et constitue une ressource sociale d’autant plus grande pour les gens d’Afrique subsaharienne qu’ils sont loin de chez eux et ne peuvent pas s’appuyer sur leur réseau social usuel. Le risque de perdre leur environnement personnel, et donc leur soutien social majeur, est pour eux source de fortes angoisses. Ils tentent donc d’empêcher par tous les moyens des compatriotes d’apprendre leur infection au VIH et de répéter l’information au sein de la communauté ou sur Facebook. Il est en conséquence primordial pour les personnes concernées que soit strictement respecté le secret professionnel concernant leur infection VIH et la prise de médicaments qu’elle implique.

Déclaration concernant le secret professionnel par rapport au VIH

Romy Mathys / Novembre 2016