De nos vies – 14 août 2020

«La peur du prochain - Rencontres dans l’ère du Corona»

053 Gruppen Englisch

 

Fragments de conversation, compilé par Janos Tedeschi

"Corona a presque complètement déplacé les rencontres sur Internet. Là, nous pouvons nous lâcher, sans danger, sans conséquences, sans responsabilité. Ces derniers mois, j'ai écrit avec quelques gars. J'avais vraiment hâte de les rencontrer après Corona. Maintenant que les mesures ont été assouplies, tout le monde a soudainement annulé ou tout simplement disparu. Soudain, ils n'étaient plus intéressés. Peut-être n'ont-ils jamais été vraiment intéressés, mais pendant Corona, ils ne voulaient pas être complètement seuls et ils m'ont donc parlé en ligne. Il y a quelques jours, j'ai tout de même rencontré un garçon. Nous avons fait une promenade (sans suivre la règle du mètre et demi), pris un café et partagé un gâteau. C’était vraiment sympa; il faisait beau, l'alchimie était bonne - et à la fin de la rencontre, j'ai eu envie de le prendre dans mes bras. Mais il a fait un pas en arrière et a dit: "Corona, on ne peut pas se toucher!" Je ne peux pas exprimer ce que j'ai ressenti. Je me demande comment il réagirait s'il savait que je suis séropositif."
(Stan, 30)

"Ces derniers mois, je n'ai pas agi très différemment d'avant Corona, sauf que je n'embrasse pas pendant l'acte sexuel."
(Nelson, 32)

"L'épidémie de Corona donnera certainement un coup de pouce supplémentaire aux rencontres via les applications donner. Mais j'espère aussi qu'à la fin, cela conduira à une nouvelle appréciation de l'intimité physique".
(Adriana, 23)

"En janvier, je suis tombée amoureuse du mec le plus génial sur terre. Puis Corona est arrivé et depuis, il ne veut plus me rencontrer par peur de la contagion. Je trouvais cela totalement exagéré, mais j'ai essayé de respecter sa décision. Aujourd'hui, près de cinq mois se sont écoulés sans que nous nous soyons vus. La peur est probablement plus grande que son besoin de me voir. On dit que l'amour rend aveugle, mais que la peur rend aveugle et sourd.“
(Julie, 23)

"Nous ne devons pas permettre au Coronavirus d'influencer notre sexualité dans la chambre à coucher (ou ailleurs) de la même manière radicale que le SIDA l'a fait dans les années 1980 et 1990. Lorsque ma cousine, ou même mon meilleur ami, me dit "plus d'étreintes", ce n'est pas seulement une blague, mais un signe que nous comprenons toute forme de contact physique - catégoriquement - comme un danger pour notre vie.“
(Bert, 67)

"De temps en temps, je rencontre mon amant occasionnel. Il sort d'un milieu agricole et ne se mêle presque jamais aux gens, il ne peut donc pas être infecté. Je sais que le risque est très faible, mais il y a toujours une certaine crainte en moi. Je n'ose pas vraiment en parler ouvertement avec lui - je ne veux pas l'accuser d'être négligent.“
(Carolina, 35)

"Même si dans quelques mois (ou années), nous n'aurons plus à suivre les règles de distanciation sociale, nos craintes du contact physique sont déjà si prononcées que nous considérons l'intimité par définition comme une entreprise intrinsèquement dangereuse. Nous avons peur de notre prochain!"
(Jérome, 28)

"Selon une revue médicale, les recommandations suivantes sur le sexe pendant l'ère Corona: "L'abstinence vaut la peine d'être envisagée, surtout si vous rencontrez normalement vos partenaires sexuels en ligne. Préférez les rendez-vous vidéo, les sextos ou des forums de drague à une rencontre physique. La masturbation ne propage pas le Coronavirus". Ce sont probablement des suggestions raisonnables (mais pas nécessairement réalistes) pour une pandémie se propageant par contact physique. Il convient toutefois de noter que ces recommandations s'inscrivent dans le prolongement d'un processus déjà engagé alors que nos vies deviennent de plus en plus numériques: les statistiques montrent que les moins de 25 ans passent aujourd'hui beaucoup moins de temps à faire des recherches sur leur sexualité qu'à surfer sur Internet! N'est-il pas beaucoup plus facile de "vivre" le sexe dans un espace virtuel - généralement avec de la pornographie dure - au-delà de l'intimité physique?“
(Sylvan, 43)

 

Janos Tedeschi / Août 2020