Actuel

Divers – 1 octobre 2016

Chemsex – une nouvelle tendance dans la sous-culture gay des grandes villes

Le terme de chemsex (connu aussi comme «Party and Play» abrévié PNP) désigne une pratique de la sous-culture MSM qui consiste à avoir des rapports sexuels sous l’influence de substances psychoactives. Cette pratique a pour la première fois fait l’objet d’une étude approfondie, l’étude Chemsex, menée dans certains quartiers de Londres comme Lambeth, Southwark et Lewisham 1. On trouve des scènes de chemsex similaires dans d’autres grandes métropoles européennes, mais elles sont moins connues que celle de Londres. Le chemsex se pratique par exemple dans les sexclubs, saunas, backdoors mais aussi — sur rendez-vous pris via des sites de rencontre — dans des salles privées. Des apps facilitent prise de contact, mais aussi vente de drogue, depuis le Smartphone. Les ...
Thérapie – 4 avril 2017

Evolocumab: un nouvel hypolipémiant testé sur des patients séropositifs suisses

Interview du Prof. Alexandra Calmy du département d’Infectiologie des Hôpitaux universitaires de Genève Beaucoup de patients séropositifs présentent d’un taux de cholestérol élevé qui impacte le foie. Il s’agit pour partie d’un effet secondaire du traitement anti-VIH, pour partie d’une conséquence du VIH lui-même; ou pour d’autres sujets, il est simplement lié au vieillissement ou à un mode de vie malsain. Il entraîne un risque plus important de maladies cardiovasculaires. Nos médecins essaient par conséquent de réduire autant que possible le taux de cholestérol. Cela ne réussit pas toujours. L’évolocumab fait partie d’une ...
Thérapie – 1 décembre 2016

Un contrôle du tabagisme et de la pression artérielle diminue, chez les personnes atteintes du VIH, le risque d’infarctus de 20% à 40%

Dans la dernière newsletter d’octobre, nous avons traité du risque d’infarctus en lien avec l’abacavir 1. Nous avons, dans nos commentaires, placé ce risque dans un contexte élargi, incluant notamment le tabagisme et la consommation de cocaïne. Les 26 et 27 septembre s’est tenue à Washington D.C. la «7e conférence internationale VIH/vieillissement». Les chercheurs Althoff, Gange et Gebo ont présenté une étude de la cohorte nord-américaine NA-ACCORD, pour laquelle ont été analysées les données de 29'000 patients. Leurs conclusions sont sans appel: le contrôle du tabagisme et de la pression artérielle réduit d’un tiers le risque d’infarctus de type 1, et d’un quart celui de type 2.  
Thérapie – 1 décembre 2016

«Traitement de l’hépatite C: la manière australienne» – Comment l’Australie veut éradiquer le VHC 1

En Australie (Commonwealth d’Australie comptant près de 24 millions d’habitants), quelque 230’000 personnes étaient infectés par le virus de l’hépatite C1 en 2012; ce chiffre croît d’environ 10’000 personnes par an. Parmi les personnes touchées, 58’000 souffrent de lésions hépatiques modérées à sévères. La tranche d’âge la plus représentée est celle des 51-60 ans. On estimait en 2012 que 75 % parmi ces 230'000 personnes avaient été diagnostiquées comme porteuses du VHC, 20 % étant en traitement et 11 % déjà guéries. Il y aurait selon l’OMS, à l’échelle mondiale, 150 millions de personnes infectées au VHC, avec une hausse annuelle de 3 à 4 millions. En Australie, suite à l’augmentation, depuis quelques années, du nombre de décès dus à des maladies hépatiques ...
Thérapie – 1 décembre 2016

VIH Glasgow 2016: Traitement anti-VIH – quelles suites?

Le traitement combiné anti-VIH est un modèle de réussite, ce que l’on ne saurait assez souligner. Il est efficace, bien toléré, facile à prendre et accessible, en Europe de l’Ouest, à tous les patients à un coût raisonnable. L’espérance de vie des patients VIH est presque la même que celle des sujets sains. Ce traitement est de plus, pour tous, un instrument de prévention très efficace. À ce niveau de résultat très élevé, des améliorations sont-elles encore possibles? Roy Gulick du Weill Cornell Medical College de New York s’est posé la question: le niveau de réussite est très élevé, et le mieux est l’ennemi du bien. S’agit-il de 29 ou 30 médicaments autorisés, dans 5 ou 6 classes fonctionnelles? On cite les deux chiffres et tous deux sont justes. En Europe, ...
Thérapie – 1 décembre 2016

VIH Glasgow 2016: prophylaxie pré-exposition (PrEP)

Les discussions sur la PrEP ont été l’un des thèmes majeurs de la conférence de Glasgow, fin octobre 2016. D’une part parce que la thématique est discutée dans beaucoup de pays européens, d’autre part parce qu’en Angleterre, l’accès à la PrEP et la prise en charge des coûts restent toujours sans solution. La Norvège a créé la surprise: le ministère de la santé annonçait le 20 octobre que l’accès à la PrEP serait désormais gratuit à travers le système national de santé publique. La Norvège est ainsi, après la France, le deuxième pays en Europe donnant accès à la PrEP, et le premier pays au monde à proposer gratuitement le comprimé préventif. Ce n’est qu’après la conférence qu’on a appris que le NHS, en Angleterre, a été débouté en appel. Les juges ont estimé ...
Thérapie – 1 décembre 2016

VIH Glasgow 2016: la question des coûts thérapeutique

Les coûts thérapeutiques ne sont généralement pas un thème abordé en congrès scientifique. La raison en est simple: le corps médical s’occupe d’un diagnostic correct et d’un traitement approprié. Le prix fait quant à lui l’objet de négociations entre les autorités de santé publique et l’industrie, de manière le plus souvent ultra confidentielle. Les grandes difficultés, partout en Europe, liées à la prise en charge des coûts des nouveaux traitements contre l’hépatite C ont permis de sensibiliser les médecins et les autorités de régulation des différents pays. Andrew Hill, du Chelsea Westminster Hospital à Londres, a fait sur le sujet une passionnante conférence à l’ouverture du congrès. Le titre «Traitements du cancer, du VIH et de l’hépatite virale en Europe ...
Études – 1 octobre 2016

Nouvelles données de l’étude suisse de cohorte VIH – L’Abacavir augmente-t-il le risque d’infarctus du myocarde? 1

La ‚Data Collection on Adverse Events‘ – ou collecte d’informations sur les incidents – dans l’étude sur les médicaments anti-VIH (D:A:D) est une collaboration entre 11 études de cohorte européennes, américaines et australiennes réunissant 49'000 patients séropositifs. L’étude suisse de cohorte VIH collabore depuis longtemps déjà à l’étude D:A:D. L’étude D:A:D présentait pour la première fois en mars 2008 des données indiquant que l’utilisation d’Abacavir générait une augmentation du risque d’infarctus du myocarde de près de 90% - une découverte qui effrayait de nombreux patients. Les autorités américaines, la FDA, adaptait les informations patients contrairement aux autorités européennes, l’EMA, qui elle, se refusait à le faire – les données ne semblant pas suffisamment ...